Girls Rituals sort un nouvel album ‘Crap Shit’: Écoutez


Depuis que Devi McCallion a sorti le dernier album de Girls Rituals, Je suis désespéréil y a deux ans, elle a sorti trois albums avec Black Dresses – plus récemment Paisible comme l’enfer le mois dernier – et un avec Katie Day. Hier, à son 29e anniversaire, elle a sorti un nouveau Girls Rituals appelé Merde de merde, qui, selon elle, est censée servir de suite à son album de 2015 Rougeur.

“Je n’essaie pas d’être cynique mais j’ai toujours écrit ces chansons d’où viennent mon expérience et mes sentiments”, a écrit McCallion dans une déclaration sur sa page Bandcamp. «Mes sentiments dans le monde ont changé de nombreuses manières compliquées et inattendues. Mais ce n’est pas tout mauvais… Pas tout TOUT mauvais… À bien des égards, j’ai eu de la chance. »

Il y a 11 nouvelles chansons sur Merde de merde, tout caoutchouteux et nerveux et conflictuel, débordant de crochets. McCallion est excellent pour associer des émotions disparates, empaquetant des sentiments désordonnés et laids sur des rythmes qui sonnent aussi légers que l’air. “Je pense que parfois ça fait mal de se sentir vide / Je pense que je ferais quelque chose de bizarre pour faire entrer la sensation à l’intérieur”, chante McCallion sur une chanson intitulée “Je veux juste faire sourire toute la terre”. “Je pensais que je mourrais juste si quelqu’un me touchait / je pense que parfois je préfère simplement mourir.”

Il y a un flip sur le tube de 2010 du mouvement d’Extrême-Orient «Like A G6» sur lequel McCallion marmonne à propos de la garde et de l’art fatigant. Sur “Ketchup”, elle adopte un ton nasillard pour chanter la violence occasionnelle avec un taux élevé de fructose: “Je suis allée à LA et à NYC mais il n’y avait rien d’autre que des flics / Et tout le monde est mort pendant que tout le monde regardait.” Comme pour tout ce que McCallion a publié au cours des deux dernières années, Merde de merde offre un équilibre vivifiant d’agressivité et de tendresse.

Découvrez-le ci-dessous.

Voici la déclaration complète de McCallion sur l’album:

Il y a 5 ans, j’ai écrit un album désespéré, implorant, essayant de faire mes preuves comme “un vrai artiste”. Souhaitant avoir une vraie maison, souhaitant la sécurité et la guérison entre les peuples souffrant, sur la compréhension de l’amour bienveillant entre les femmes.

Cet album s’appelait “Reddishness” et vous pouvez le trouver ici
blacksquares.bandcamp.com/album/reddishness

Maintenant à mon 29e anniversaire, je vous apporte la suite de “Reddishness”. Une suite mutée, liquéfiante d’ADN. Un album essayant de prouver que je ne suis pas un vrai artiste, abandonnant une routine sensorielle, un malentendu paranoïaque psychotique terrifié et une luxure répugnante maniaque. lol.

Je n’essaye pas d’être cynique mais j’ai toujours écrit ces chansons d’où viennent mon expérience et mes sentiments. Mes sentiments dans le monde ont changé de nombreuses manières compliquées et inattendues. Mais ce n’est pas tout mauvais… Pas tout TOUS mauvais… À bien des égards, j’ai eu de la chance.

Je ne sais pas. Ces chansons existaient et j’ai dû les purger. Il est logique de les purger tous ensemble ici comme «merde de merde»

Merde de merde est dehors maintenant.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le blogwww.stereogum.com