Un romancier accusé après avoir appelé le président polonais “ Moron ” sur Facebook


Le président polonais Andrzej Duda, le crétin en question, sort de sa voiture à son arrivée au Vatican le 25 septembre 2020.

Le président polonais Andrzej Duda, le crétin en question, sort de sa voiture à son arrivée au Vatican le 25 septembre 2020.
photo: Filippo Monteforte / AFP (Getty Images)

Jakub Żulczyk, écrivain et romancier de télévision en Pologne, a été accusé d’avoir qualifié le président polonais Andrzej Duda de «crétin» sur Facebook. Żulczyk risque jusqu’à trois ans de prison pour cette insulte.

Żulczyk, un écrivain de 37 ans dont le roman de 2014 Aveuglé par les lumières a été adapté pour la télévision et diffusé sur HBO Europe en 2018, a écrit le message incriminé le 7 novembre de l’année dernière, selon le Gardien, mais les accusations n’ont été portées que par le gouvernement polonais ce mois-ci.

Żulczyk aurait répondu aux commentaires du président Duda à la suite de l’élection présidentielle du 3 novembre aux États-Unis, une élection remportée par le président Joe Biden. Duda avait refusé de reconnaître Biden comme le président dûment élu du pays et avait déclaré qu’il était toujours en attente pour la «nomination de Biden par le collège électoral».

«Joe Biden est le 46e président des États-Unis», a écrit Żulczyk sur Facebook le 7 novembre, selon le BBC. «Andrzej Duda est un crétin.»

Le président Duda, un dangereux néo-fasciste, était un allié du président Donald Trump, comme presque tous les futurs dictateurs du monde semblaient l’être. Duda, membre du parti polonais du droit et de la justice, s’est présenté pour un deuxième mandat en 2020 sur une plate-forme anti-gay où il a déclaré que l’égalité des LGBT était «pire que le communisme. » Un autre slogan, “Les LGBT ne sont pas des personnes»Était également extrêmement populaire auprès des partisans du parti Droit et Justice en 2020.

La Pologne a neuf lois différentes couvrant les insultes, selon la BBC, et des personnes peuvent être emprisonnées non seulement pour avoir insulté les dirigeants du gouvernement, mais aussi pour des discours offensants contre des symboles nationaux tels que des drapeaux. Les procureurs polonais ont qualifié la publication Facebook de Żulczyk d ‘«offensive», tout en reconnaissant qu’il n’a admis aucun acte répréhensible.

«Je suis, je suppose, le premier écrivain de ce pays depuis très longtemps à être jugé pour ce qu’il a écrit», a écrit Żulczyk sur Facebook le lundi.

.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le sitegizmodo.com