Ce que les parents se trompent sur le temps d’écran


Il est difficile de ne pas se sentir coupable du temps que je consacre à l’écran à mes enfants. Et malgré le fait que j’ai travaillé dur pour fixer des limites raisonnables en luttant contre la variété de contrôles parentaux douloureusement hostiles à l’utilisateur, j’ai toujours l’impression que je le fais mal.

Il est facile de comprendre pourquoi cela pourrait être. Il semble qu’il y ait une rotation médiatique constante et effrayante entourant les dangers du temps passé à l’écran pendant l’enfance. Considérez les titres comme “Un temps d’écran excessif peut avoir un effet effrayant sur les enfants»Qui ont été générés par une étude de 2019 de l’hôpital pour enfants de Cincinnati. Cette étude, intitulée «Associations entre l’utilisation des médias sur écran et l’intégrité de la matière blanche du cerveau chez les enfants d’âge préscolaire», a constaté que les enfants dépassant les recommandations de temps d’écran de l’American Academy of Pediatrics de deux heures par jour avaient «une moindre intégrité microstructurale des tractus de substance blanche du cerveau soutenant compétences linguistiques et d’alphabétisation émergentes. »

La grande peur de l’écran

En tant que parent, il est facile de lire ce genre d’histoires et de sauter directement à la terrible conclusion que j’ai gâché la substance blanche de mes enfants en leur donnant trop de temps à l’écran. Malgré mon statut d’expert parental, je tombe toujours dans ce piège. Et franchement, c’est ridicule. Mes sentiments de mauvaise culpabilité parentale vis-à-vis du temps passé devant l’écran (et le vôtre aussi, cher lecteur) sont extrêmement exagérés. Je le sais grâce à mes propres recherches et conversations avec des experts en développement de l’enfant, qui mènent tous à la même conclusion: L’angoisse devant l’écran est largement stimulée par la panique morale.

Il suffit de regarder dans les eaux froides qui coulent sous tous ces gros titres de temps à l’écran. Dans le cas de l’étude de l’hôpital pour enfants de Cincinnati, par exemple, la taille de l’échantillon n’était que de 47 enfants. En outre, les chercheurs ont noté qu’ils ne pouvaient pas relier les changements cérébraux et les scores de lecture directement au temps passé devant l’écran. Enfin, l’étude n’a pas pu dire quel genre d’effets à long terme les changements de ladite substance blanche pourraient avoir, ou s’il y avait des moyens pour inverser ou médiatiser ces effets.

À l’exception de ces mises en garde importantes, il est facile de paniquer. Et la panique est un excellent facteur de motivation (bien que carrément chaotique). La panique alimente notre capacité à ressentir de la honte et à faire honte aux autres sans réfléchir raisonnablement. La panique nous aide à doubler nos jugements moraux. Mais ce n’est pas particulièrement utile pour la parentalité.

Pourtant, les gros titres continuent à venir. Cette semaine encore, Common Sense Media à but non lucratif a publié son dernier rapport sur l’utilisation des médias par les enfants et les écrans. Parmi les principales constatations figurait la perspicacité suivante.

«Depuis 2017, l’écart d’utilisation de l’écran en fonction du revenu, de la race et de l’appartenance ethnique s’est considérablement creusé et est largement affecté par la croissance de l’utilisation des appareils multimédias mobiles parmi les familles à faible revenu et noires et hispaniques / latines.»

Les données associées ont montré une différence de près de deux heures dans le temps passé devant un écran entre les ménages à revenu faible et élevé. Les enfants des ménages à revenus plus élevés, majoritairement blancs, passaient beaucoup moins de temps avec les écrans que les enfants pauvres de couleur.

Lorsque le temps passé devant un écran est une panique morale, il est facile de voir à quel point les statistiques de Common Sense Media pourraient être problématiques. Si le temps d’écran est mauvais, les parents d’enfants qui ont plus de temps d’écran ne sont-ils pas aussi mauvais? Et si ces parents sont déjà culturellement mis à l’écart parce qu’ils sont pauvres et minoritaires, à quel point la révélation des habitudes de temps d’écran de leurs enfants est-elle encore plus dommageable?

Comment est-ce qu’on est arrivés ici?

La panique est née presque simultanément avec l’invention de l’uber-écran que nous connaissons sous le nom de télévision. En 1961, Wilbur Schramm, directeur de l’Institute for Communication Research de l’Université de Stanford, a publié la toute première enquête sur le temps d’écran avec son livre La télévision dans la vie de nos enfants: les faits sur les effets de la télévision d’après des études portant sur plus de 6000 enfants. Dans ce document, Schram s’inquiétait de l’effet dégénératif que la télévision pourrait avoir sur les enfants. Il craignait que les enfants exposés à trop de télévision ne deviennent habitués aux merveilles de la vie parce que:

«Il y a peu de choses qu’ils n’ont pas vu, fait ou vécu, et pourtant c’est une expérience de seconde main… Quand l’expérience elle-même survient, elle est diluée, car elle a déjà été à moitié vécue mais jamais vraiment ressentie.

Trente ans plus tard, quand j’étais enfant de banlieue dans le sud-ouest du Colorado, la réputation de la télévision ne s’était pas beaucoup améliorée. J’entends toujours les refrains constants de mes parents: «Ne vous asseyez pas si près de la télévision!» et “Ce téléviseur va pourrir votre cerveau!” et “Arrêtez d’être une telle patate de canapé!” En tant qu’enfant, mes parents semblaient considérer la télévision de la même manière que les chrétiens perçoivent Satan. Baissez votre garde et vous êtes à peu près condamné. Sans contrôle, la télévision laisserait un enfant gros, muet et aveugle. Au moment où j’ai eu des enfants, j’avais fait un travail fantastique pour intérioriser ce message.

Les écrans ont encore été vilipendés avec la sortie de l’iPhone en 2007. J’avais la trentaine à l’époque, et je me souviens de terribles avertissements dans les années qui ont suivi que l’attachement à ces petits écrans de poche poussait les gens à s’isoler les uns des autres et même à tomber. dans les regards. Les enfants faisaient des sextos. Les conducteurs étaient distraits. Les écrans étaient mauvais.

Et donc mes premières années parentales ont été marquées par un profond sentiment de dégoût de soi chaque fois que mon petit garçon était transpercé par un écran. Parfois, cependant, cet hypnotisme activé par écran était un soulagement parce que cela signifiait qu’il était occupé, ne serait-ce que assez longtemps pour que je fasse caca seul. Pourtant, je m’inquiétais. Et j’ai continué à m’inquiéter jusqu’à ce que j’interviewe la chercheuse en développement de l’enfant Celeste Kidd en 2018. Kidd est en charge de la Kidd Lab à l’UC Berkeley, et elle a passé sa carrière à chercher des informations sur la façon dont les bébés développent des compétences humaines essentielles. C’est aussi une mère.

Ce que disent les études

Au cours de notre conversation, Kidd a révélé qu’elle n’avait aucun problème à donner à son bébé son téléphone pour jouer avec. J’étais choqué. N’était-ce pas une mauvaise chose? Un acte dangereux? Un moyen infaillible d’arrêter le développement d’un bébé?

Non, m’a dit Kidd. «Nous n’avons pas suffisamment de preuves pour développer une opinion forte dans un sens ou dans l’autre.»

Le problème particulier de Kidd avec la panique à l’écran était qu’il n’y avait pas d’études longitudinales de haute qualité comportant un groupe expérimental et un groupe de contrôle qui pourraient offrir des données sur les effets des écrans sur les enfants. Sans parler du fait qu’il serait incroyablement difficile de concevoir ce genre d’expérience.

Sa perspicacité m’a incité à commencer à prêter attention aux études de temps d’écran disponibles. Et j’ai trouvé que dans l’ensemble, il n’y avait vraiment aucune preuve convaincante de panique. Pour chaque étude sur «l’intégrité de la matière blanche», il y en avait une qui suggérait que les compétences linguistiques des enfants pourraient bénéficier d’une programmation télévisée pour enfants de haute qualité, ou que la vidéoconférence avec les grands-parents pourrait être bénéfique pour les enfants. L’argument pour une panique morale de l’écran n’existait tout simplement pas.

Ce qui me ramène à l’étude de Common Sense Media.

Je dirai qu’en général j’apprécie Common Sense Media et j’aime ce que fait l’organisation. J’ai utilisé leur plateforme d’évaluation et de critique à de nombreuses reprises pour décider si un film ou une émission conviendrait à mon enfant. Je suis également fan de leur mission de rendre les médias numériques et Internet plus sûrs pour les enfants. Mais j’ai jeté un œil un peu plus critique sur leurs données récentes.

Au-delà des statistiques

Ce qui semble implicite dans l’analyse des habitudes de temps d’écran pour les enfants des minorités économiquement défavorisées, c’est que l’écart est en quelque sorte nuisible. Il n’y a aucune preuve que ce soit le cas. Au lieu de cela, ce que la différence indique, c’est que les enfants pauvres de couleur peuvent ne pas vivre dans des environnements où il est sûr de jouer à l’extérieur sans écran. L’écart montre que sans les opportunités offertes aux Américains les plus riches, les parents économiquement chargés recherchent des opportunités d’apprentissage grâce aux écrans. L’écart peut indiquer un simple besoin de garder les enfants occupés lorsque les deux parents travaillent de longues heures irrégulières dans des emplois mal rémunérés qui rendent la garde d’enfants inaccessible. C’est-à-dire que le problème n’est peut-être pas du tout le temps passé devant l’écran, mais plutôt les inégalités auxquelles sont soumises chaque jour les communautés de couleur défavorisées.

Nous savons que bon nombre des maux associés au temps passé devant un écran, comme un développement cognitif et des compétences linguistiques médiocres, peuvent également être liés à la qualité de l’interaction d’un parent avec un enfant. Les bébés apprennent en interagissant avec les gens. Lorsque les parents interagissent avec les bébés, ils ont tendance à bien grandir. Et l’interaction offerte par les parents peut agir comme un facteur de médiation pour les effets néfastes que les écrans pourraient avoir.

Et c’est ce que je pense est obscurci par la panique morale construite autour du temps d’écran. Le problème n’est pas que les enfants utilisent trop les écrans. C’est que les parents n’interagissent pas assez. Si les écrans font quelque chose de vraiment nocif, cela peut simplement venir d’attirer l’attention. Les chiffres de Common Sense ne concernent pas les écrans. Ils sont plus susceptibles du fait que les familles en difficulté économique n’ont pas autant de temps pour interagir les unes avec les autres qu’elles le devraient.

S’il y a un jugement moral à porter, c’est que notre société ne fait pas de son mieux pour soutenir l’opportunité de chaque parent de passer du temps avec son enfant, que ce soit en train de jouer, de lire ou même de regarder la télévision.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le sitewww.fatherly.com