Un guide pour les parents sur la nouvelle surveillance de la pornographie juvénile d’Apple par sexting


Apple a annoncé qu’il surveillerait les appareils à la recherche d’images d’abus sexuels sur des enfants et signalerait les délinquants à la police. Alors que les questions entourant la confidentialité et la technologie sont nuancées et passionnées, les intentions sont nobles – moins il y a de personnes qui exploitent les enfants à des fins pornographiques, mieux c’est. Mais en tant que père de garçons à l’aube de la puberté et de la possession d’un téléphone portable, je me rends compte que l’annonce d’Apple a non seulement changé la conversation sur la confidentialité que j’aurai avec eux, mais la rend plus urgente. Les parents doivent maintenant souligner aux adolescents qu’ils ne devraient pas assumer la confidentialité de leurs communications numériques. Quelqu’un dans une pièce sombre quelque part verra probablement ses nus, et ce ne sera pas la personne pour qui il craque. De plus, les résultats potentiels pourraient être extrêmement importants.

J’aurais aimé que ce soit une hyperbole. Ce n’est pas.

Un aperçu rapide de ce que Apple a l’intention de faire : un algorithme analysera les images des utilisateurs au fur et à mesure qu’elles sont chargées dans iPhotos et comparera leur signature numérique avec une base de données indépendante d’images d’abus sexuels sur des enfants. Une fois qu’une correspondance a été déterminée, l’image sera évaluée par un humain qui alertera ensuite les forces de l’ordre si cela est jugé approprié. Le problème, c’est qu’il reste beaucoup de choses inexpliquées.

Les parents peuvent faire des hypothèses raisonnables sur le risque pour leurs enfants sur la base de ce qui est déjà connu. Premièrement, des adolescents ont déjà été poursuivis pour distribution de pornographie juvénile et inscrits sur des registres de délinquants sexuels pour sexto par ailleurs bénin entre partenaires consentants du même âge. Deuxièmement, l’annonce d’Apple est peu détaillée. Qu’est-ce qui empêche le critique humain de regarder les faux positifs qui pourraient inclure des images nues prises par un adolescent lui-même ? De plus, qu’est-ce qui empêche l’examinateur humain de contacter les forces de l’ordre au sujet d’images par ailleurs innocentes qu’il pourrait juger illégales ?

Pour ce parent, cela pose une grave énigme. Qu’on le veuille ou non, je dois reconnaître et accepter que mes garçons explorent et continueront d’explorer leur sexualité. C’est une caractéristique normale et universelle du développement humain. Dans les premiers âges, c’est jouer au « docteur » ou se faufiler pour un jeu de « je te montrerai le mien si tu me montres le tien ». Et cela repose sur un sens profond de la curiosité à propos de ce à quoi ressemblent les corps et de ce qu’ils font.

À ce jour, nos conversations sur leur corps ont été franches et honnêtes. Nous n’utilisons pas d’euphémismes pour parler de leurs organes génitaux et nous exhortons à la confidentialité plutôt qu’à la honte lorsqu’ils s’engagent dans une exploration de soi. Mais mes garçons vieillissent et la curiosité et l’exploration s’étendront au-delà d’eux-mêmes plus tôt que je ne voudrais le penser. Et je serais naïf d’imaginer que pour faciliter cette exploration, ils n’utiliseraient pas tous les outils à leur disposition, que ce soit un coussin de canapé ou un téléphone portable.

Et c’est là que l’annonce d’Apple influencera grandement nos conversations en cours sur les corps et la vie privée. Les corps sont bons et merveilleux et il est normal de vouloir les partager avec d’autres personnes à mesure que nous vieillissons et développons des relations intimes. Mais en ce qui concerne la confidentialité, il ne devrait y avoir aucune hypothèse selon laquelle toute communication numérique effectuée sur n’importe quel appareil est privée. Dans un sens, c’est un riff sur les enseignements religieux conservateurs – « Dieu regarde toujours ! » – destiné à effrayer les enfants d’explorer la sexualité. Sauf dans ce cas, la présence omnipotente n’est pas une divinité mais une société à but lucratif trop zélée, faillible et hautement intrusive. À bien des égards, Dieu est beaucoup moins menaçant.

Ainsi, avec leurs premiers téléphones portables, ils recevront un nouveau discours sexuel : Si vous devez jouer « Je vous montrerai le mien si vous me montrez le vôtre », faites-le en personne à huis clos. Parce que si vous le faites par SMS, votre vie privée, votre corps et peut-être même votre liberté pourraient être perdus.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le blogwww.fatherly.com