Trivecta évolue en tant qu’artiste avec un nouvel EP transcendant, «Everyday»


Cela fait un peu plus de 6 ans, presque jour pour jour, depuis Trivecta a fait ses débuts sur Monstercat avec “One Night Only”. Depuis, il a montré sa constance dans la production et le style, produisant toujours de la musique de qualité – mais seulement des singles. Jusqu’à maintenant.


Aujourd’hui, Trivecta sort son premier EP, Tous les jours, un aboutissement ultime de tout ce qu’il a mis dans son projet au cours des six dernières années et une évolution tangible de sa personnalité d’artiste. Les quatre chansons vont vite, mais laissent des impressions remarquables.

Tout d’abord après l’intro, «Leave It All Behind» avec Fagin, un crossover folk / EDM lancé par Seven Lions, fondateur d’Ophelia Records. Trivecta apporte une vie et une vivacité intenses à la chanson, avec des accords montants et de belles mélodies.

Mais c’est “Wasteland” qui pourrait être une de mes chansons préférées de toute l’année. Des voix soul, une belle écriture et la quantité parfaite de suspense associée à la sortie et vous avez la recette d’un hymne progressif house de scène divine. En l’écoutant pour la première fois, j’avais l’impression que c’était comparable à «Reload» et «Calling», avec sa mélodie, sa batterie et sa voix accrocheuse. Trivecta va encore plus loin en commutant la deuxième goutte, prouvant pourquoi cet EP appartient à Ophelia. La baisse du dubstep rend la mélodie beaucoup plus puissante, apportant tellement de mélodie qu’elle est presque écrasante, mais de petits ajouts comme l’arpège fantaisiste et la pause bien synchronisée aident à garder les vibrations fluides.

C’est une de ces pistes que j’ai vraiment hâte d’entendre sur une scène principale.

L’EP se termine sur une note merveilleusement optimiste, avec l’exploit “Everyday”. Rico et Miella. Ce n’est pas tout à fait la maison, pas tout à fait quoi que ce soit… c’est dans son propre petit royaume et magnifiquement composé à cela. C’est presque comme une version plus fantaisiste d’Ed Sharpe, et nous l’adorons.

Photo via Rukes.com





Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le sitewww.youredm.com