Écoutez la nouvelle chanson de Marianne Faithfull “She Walks In Beauty”


Le mois prochain, Marianne Faithfull sortira un nouvel album de créations orales intitulé Elle marche en beauté qui a été réalisé en collaboration avec Warren Ellis. Elle a annoncé le disque en janvier, mais aujourd’hui, elle donne aux fans leur premier goût en partageant sa chanson-titre.

L’album, qui comprend des performances supplémentaires de Nick Cave et Brian Eno, verra les 74 ans réciter des poèmes emblématiques des romantiques britanniques du 19ème siècle sur des collages sonores construits par Ellis. L’ensemble du projet a été intitulé d’après le classique de Lord Byron du même nom, et Faithfull présente le poème avec sa propre livraison unique sur la piste titre.

La première moitié de la chanson passe progressivement du piano clairsemé et du chant des oiseaux à des touches luxuriantes d’ambiance en mosaïque. Soudainement, la voix altérée de Faithfull traverse le mélange avec la plus grande clarté, alors qu’elle récite les éloges effusifs de Byron pour la femme dont il est supposé être tombé amoureux plus tôt dans la nuit.

La façon dont le compteur de Faithfull contraste avec les sons nébuleux derrière elle donne à la performance par ailleurs apaisante une sensibilité décalée. Écoutez ci-dessous.

Dans une déclaration, Faithfull a expliqué pourquoi le poème était si attrayant pour elle et à quel point il était différent des autres pièces de Byron.

«C’est très romantique, pas comme vous l’imaginez Byron», dit-elle. «C’est tellement beau et c’est pourquoi je l’aime. J’adore aussi l’autre côté de Byron, mais c’est vraiment incroyable, sublime. Et j’étais très attiré par la capacité de faire de très belles rimes. Je pense que c’est d’être un auteur-compositeur. C’est incroyablement sympa. Pas du tout ce que je connecte avec Lord Byron.

Elle marche en beauté doit sortir le 30 avril et précommandes sont en cours.

Dans le même ordre d’idées, Cave et Ellis ont récemment sorti leur propre nouvel album intitulé Carnage.





Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le siteconsequenceofsound.net