L’émotion silencieuse qui peut ruiner une relation


«Apprenez à être indifférent à ce qui ne fait aucune différence.» – Marc Aurèle

La citation ci-dessus du philosophe Marc Aurèle semble assez simple, non? Nous devons nous mettre au défi d’être indifférents à ce qui n’a pas d’importance.

Si nous sommes coupés sur la route, nous pouvons soit avoir chaud sous le col et les laisser prendre le meilleur de nous… Ou, nous pouvons choisir d’ignorer le comportement de cette personne comme une réflexion sur elle.

Ou, disons que nous sommes au centre commercial et que la personne derrière le comptoir aide trois clients avant nous, même si nous étions en ligne avant eux. Nous pouvons soit prendre la parole et le prendre personnellement… Ou, nous pouvons le balayer, et prendre une note mentale de ne pas rester dans leur ligne la prochaine fois.

Ces situations semblent assez noires ou blanches.

Cependant, nos relations plus personnelles ne sont pas toujours aussi simples. Il y a des nuances de gris.

Comment, par exemple, devrions-nous répondre à un ami qui nous tient debout pour le dîner? Quelle est la manière «correcte» de dire à un membre de la famille qu’il dépasse les limites en appelant notre ex pour lui dire bonjour?

Ou comment devrions-nous réagir à notre SO s’ils nous interrompent impulsivement ou changent de sujet lorsque nous essayons de parler ou d’expliquer nos sentiments?

Parce que ces types de scénarios impliquent des relations plus personnelles ou intimes, se tourner vers l’indifférence n’est pas toujours la meilleure option.

***

Indifférence

En casual ou transactionnel situations, l’indifférence n’est pas seulement la non-émotion la plus appropriée à entreprendre, avec la pratique elle peut devenir presque automatique.

Mais, plus on est proche de quelqu’un, on suppose qu’il devrait y avoir plus de émotif investissement, et donc moins de capacité à rester indifférent.

D’ailleurs, pourquoi voudrions-nous rester indifférents envers notre SO s’ils ne nous laissent pas entrer un mot sur le bord?

Mais, l’indifférence arrive. Parfois, c’est évident. Et, parfois, cela arrive si subtilement que nous ne remarquons pas que cela se produit tant que nous ne mettons pas des bottes de hanche à cause des genoux.

Dans les relations personnelles, l’indifférence peut relever la tête avec des hochements de tête nonchalants et un sourire forcé au lieu de gaspiller de l’énergie dans la conversation. Vous pouvez voir cette dynamique dans les familles qui vivent ensemble, mais qui vivent des vies séparées.

Ou, dans les relations intimes, l’indifférence peut apparaître comme un «compliment» de stock où nous entendons «excellent travail, bébé» pour tout ce que nous faisons – de clouer une promotion à brûler le dîner.

L’indifférence est marquée par la non-émotion, où nous ne ressentons vraiment rien – pas de colère, pas d’ennui, pas de connexion et pas de désir de parler ou de s’engager.

Ce n’est jamais extérieurement horrible. C’est blasé; le manque d’investissement et de passion sont les thèmes dominants.

Autant dire que dans les relations intimes, c’est aussi blasé dans la chambre car l’investissement émotionnel est soit forcé, soit absent.

Pourtant, l’indifférence n’est pas nécessairement le plus gros facteur de rupture dans les relations, même si elle figure sur cette liste pour une raison.

Mépris

Selon le Dr John Gottman, le mépris est la croyance que votre partenaire est en dessous de vous, soumis, incompétent et / ou indigne. Et, alors que certains théoriciens sont dans une impasse sur le point de savoir si le mépris est un sentiment ou une émotion, les décennies de recherche du Dr Paul Ekman sur les émotions universellement reconnues – dont le mépris – ont contribué à réduire l’écart.

La plus grande menace pour la sécurité, le bonheur et la fonctionnalité d’une relation – est le mépris.

Dans les relations personnelles, le mépris est basé sur des sentiments, des pensées et des comportements insensibles où une personne n’est pas seulement malheureuse dans la relation, elle se détache; indifférent. Le mépris peut survenir dans tout type de relation personnelle, mais il est le plus souvent associé à des relations intimes.

Lorsque des sentiments de colère, de dégoût, de ressentiment et d’indifférence sont en jeu, l’émotion du mépris est à l’œuvre.

Il n’est pas étonnant que cette émotion soit si toxique pour une relation. Le mépris se produit avec le temps et est déclenché par des sentiments et des émotions négatifs qui continuent à se développer entre deux personnes sans résolution en vue. Plus courant qu’autrement, les personnes impliquées ne cherchent pas de solution; ils cherchent une issue.

Et, en raison de la toxicité émotionnelle associée au mépris – ils ne se soucient pas des sentiments de l’autre personne.

Les comportements méprisants peuvent être plus secrets, comme choisir votre tablette plutôt que discuter avec votre partenaire, faire semblant de ne pas avoir reçu son SMS ou prendre le long chemin du retour du travail.

Ou, cela peut être plus manifeste, comme attaquer le sens de soi de votre partenaire ou ses valeurs. Par exemple, lorsque le mépris est en action, rien de ce qu’une personne peut faire n’est suffisant. Toute indiscrétion, argument passé ou imperfection est évoqué.

Le mépris conduit généralement à une rupture complète de la relation où la résolution des conflits est rejetée, pour plus de conflit.

Un énorme drapeau rouge qui passe souvent sous le radar, soit en raison d’un manque de conscience, soit du fait que cela semble familier – même confortable – est que le mépris va de pair avec dévaluation.

En fait, les deux sont synonymes.

Pour toute personne habituée à des relations malsaines, le mépris peut devenir un sentiment attendu et, tôt ou tard, il montre généralement son visage. Par exemple, ceux qui montrent du mépris envers leur partenaire sont souvent signalés comme basculant un interrupteur – passant du statu quo, ou même des valeurs relationnelles idéalisées, à la peinture de leur partenaire All Black.

Qu’est-ce qui déclenche la dévaluation ou le mépris?

Malheureusement, il y a beaucoup de variabilité avec le mépris; ce qui pousse un partenaire à en dévaloriser un autre, peut ne pas être un déclencheur pour quelqu’un d’autre. Cependant, il existe des similitudes clés dans les études.

Par exemple, dans une étude de Shribner et al. (2016) le mépris a été identifié comme faisant preuve d’envie, de rage, de fierté et d’agir indifféremment envers les besoins et les sentiments de l’autre personne. Peut-être pas surprenant, c’est que le mépris a également été associé à des incidences plus élevées de narcissisme, de traits antisociaux et de perfectionnisme.

Cependant, le mépris (ou la dévaluation) est également identifié avec un sens plus sensible ou instable de l’identité de soi, des croyances d’autodérision, des styles d’attachement peu sûrs et une faible estime de soi. Bien que la lecture de ceci ne fera probablement pas se sentir mieux si un partenaire a été dévalorisé, la compréhension de ses traits fondamentaux peut aider avec perspicacité.

Désengagement positif

En règle générale, la plupart des informations considèrent le «désengagement» comme une mauvaise chose. Pas moi.

Comportement analytiquement parlant, si s’engager signifie exécuter un comportement, alors se désengager est son contraire.

Le désengagement négatif consiste à engourdir émotionnellement, à se déconnecter et à être inaccessible. La communication est interrompue. La recherche d’une solution est rejetée pour maintenir le problème. Et, le comportement devient égoïste et basé sur l’auto-préservation.

Quand une personne se retire, elle est associée à une agression passive ou à la fermeture. Et ce n’est pas parce qu’un partenaire se retire que le problème existe.

Il y a plusieurs choses à distinguer entre l’indifférence et le retrait. Avec un désengagement négatif (retrait), vous vous sentez trop; avec indifférence vous ne ressentez rien. Et, au cœur du désengagement négatif se trouvent souvent des sentiments de mépris et de trahison; avec indifférence, vous vous en fichez. Il n’y a aucun lien et aucun investissement émotionnel.

Le désengagement négatif peut se produire dans n’importe quelle relation, mais il est généralement observé dans des relations intimes avec un équilibre inégal des pouvoirs. Fondamentalement, la personne qui se retire a tout le pouvoir sur le moment.

Pourtant, le désengagement négatif engendre le mépris chez les deux partenaires. Pour celui qui se retire, cela peut devenir une habitude où ils peuvent rationaliser le retrait car leur partenaire est indigne de leur temps, ou qu’ils essaient «d’empêcher» une dispute.

Et, pour le partenaire qui a été victime d’un désengagement négatif, il est probable qu’il accumule une liste de tout ce qu’il méprise à propos de son partenaire et peut jeter l’éponge dans la relation.

Le désengagement positif, en revanche, est comme un temps mort. C’est réinitialiser l’horloge et donner à chaque partenaire un espace pour traiter ses besoins et ses émotions.

Quelques points avec un désengagement positif:

  • Avoir un laps de temps défini pour “time-out”
  • Notez vos sentiments et votre point de vue sur la situation
  • Suggérer 1 ou 2 options pour une solution qui répond à la fois à vos besoins et à ceux de votre partenaire
  • Gardez l’esprit ouvert et restez émotionnellement présent
  • Soyez ouvert à entendre le côté de votre partenaire, essayez de rester objectif
  • Lorsque vous vous réengagez, laissez la colère ou les sentiments durs en «temps mort» pour ne pas les emporter avec vous

Une fois que les deux partenaires sont réengagés (et calmes), vient maintenant le plus difficile: la vulnérabilité.

Afin de minimiser la probabilité que le même argument se répète, les deux partenaires doivent être à l’aise pour expliquer pourquoi ils ont chacun réagi de manière négative – quelles blessures profondes ont pu être déclenchées, quelles émotions vulnérables ont été ressenties et quelles informations ont été acquises. de l’expérience.

Ensuite, choisissez une activité que vous aimez tous les deux et reconstruisez ensemble du temps de qualité.

N’oubliez pas que c’est vous et votre partenaire contre le problème, pas vous et votre partenaire l’un contre l’autre.

***

Références

Ekman, P. et Heider, KG (1988). L’universalité d’une expression de mépris: une réplication. Motivation et émotion, 12, 303–308.

Gottman JM (1984). Qu’est-ce qui prédit le divorce? Hillsdale NJ: Lawrence Erlbaum Associates.

Gottman JM (1993). Une théorie de la dissolution et de la stabilité du mariage. Journal de psychologie familiale, 7, 57–75.

Schribner, RA, Chung, JM, Robins, RW et al. (2016). Le mépris dispositionnel: un premier regard sur la personne méprisante. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 113 (2), 280–309.

Publié précédemment sur moyen

***

Vous pourriez aussi aimer ceux du projet Good Men


Rejoignez The Good Men Project en tant que membre Premium dès aujourd’hui.

Tous les membres Premium ont la possibilité de voir The Good Men Project sans publicité.

Un abonnement annuel de 50 $ vous donne un laissez-passer tout accès. Vous pouvez faire partie de chaque appel, groupe, classe et communauté.
Un abonnement annuel de 25 $ vous donne accès à une classe, un groupe d’intérêt social et nos communautés en ligne.
Un abonnement annuel de 12 $ vous donne accès à nos appels du vendredi avec l’éditeur, notre communauté en ligne.

Enregistrer un nouveau compte

Besoin de plus d’informations? Une liste complète des avantages est ici.

Crédit photo: iStock





Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le sitegoodmenproject.com