Facebook va désormais laisser les groupes nommer des “experts”


Image de l'article intitulé Facebook va maintenant laisser les groupes nommer des « experts »  dans un effort pour lutter contre la désinformation

photo: OLIVIER DOULIERY / Contributeur (Getty Images)

Malade à mort de la désinformation qui sévit sur sa plateforme depuis des années, Facebook a annoncé mardi qu’il prévoyait de déployer de nouvelles mesures visant à freiner la propagation des fausses nouvelles en permettant aux administrateurs du groupe de nommer des « experts » désignés dans leur les espaces.

Lors de la mise en œuvre du nouvel outil, qui sera bientôt disponible pour une utilisation dans des groupes sélectionnés sur ordinateur de bureau et mobile, selon CNET — Facebook espère sévir contre tout contenu qui enfreint ses règles en faisant la promotion de la haine, des complots ou des mensonges purs et simples.

Après avoir été nommés « expert » dans leur groupe, les personnes désignées recevront des badges officiels qui apparaîtront à côté de leur nom, ce qui, ostensiblement, indiquera facilement qu’elles sont mieux informées que l’utilisateur moyen sur un sujet donné. Mais qui sera responsable d’accorder un tel honneur ? C’est le hic, a déclaré un porte-parole de Facebook à CNET ; la sélection des experts sera « à la discrétion de l’administrateur pour désigner des experts qui, selon lui, sont compétents sur certains sujets ».

Si vous êtes l’administrateur d’un groupe Facebook anti-vax, alors, il est logique de croire que la personne que vous désigneriez comme « expert » dans votre espace particulier ne détiendra pas ce titre d’une manière cohérente avec ce que beaucoup Les utilisateurs de Facebook considéreraient comme un expert en matière de science des vaccins. C’est le même type de équivoque paresseuse Facebook s’y fie depuis des années : bien que le PDG Mark Zuckerberg insiste pour adopter la position la plus farfelue possible lorsqu’il s’agit de vérifier les faits, la réalité est que Facebook prend constamment des décisions – politiques – sur le type de contenu qui est permis de prendre de la place et même de prospérer sur sa plateforme.

L’initiative fait partie d’une campagne plus large menée par Facebook pour arrêter la diffusion de contenus d’actualité peu recommandables qui a rencontré des résultats mitigés ces dernières années. Comme Gizmodo précédemment rapporté, le groupe de défense Avaaz a constaté que « si Facebook avait combattu la désinformation de manière plus agressive et lorsque la pandémie a frappé pour la première fois en mars 2020 (plutôt que d’attendre jusqu’en octobre), la plate-forme aurait pu arrêter 10,1 milliards de vues estimées de contenu sur les pages les plus performantes. qui a partagé à plusieurs reprises des informations erronées avant le jour des élections.

.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le bloggizmodo.com