Épisode 37 – 26,2 milles de bonheur avec Paul Tonkinson


Faits saillants de l’épisode

0:00:49 – Comment Paul s’adapte à la vie pendant la pandémie de COVID-19

0:13:50 – Un fort sentiment de communauté

0:18:02 – Retournez les choses et profitez du temps dont vous disposez

0:27:08 – La trame de fond de 26,2 milles au bonheur

0:30:57 – Comment il s’est entraîné pour courir le marathon en moins de 3 heures

0:36:45 – Ne dépensez pas trop d’énergie pour combattre la douleur

0:39:04 – Se concentrer sur l’alimentation

0:42:48 – Les coureurs doivent-ils avoir des gels?

0:45:43 – Le podcast Running Commentary alias RunComPod

0:49:03 – Les gens trouvent beaucoup de réconfort à savoir qu’il y a une structure

0:52:00 – Méditation et respiration

Liens

Transcription

Bienvenue dans le podcast Fitter Healthier Dad où vous pouvez apprendre à améliorer votre alimentation, perdre du gras et devenir en forme de manière durable et amusante, sans passer des heures dans la salle de sport. Voici votre hôte, Darren Kirby.

Darren: Bienvenue de nouveau au podcast, les gars. Il s’agit du podcast n ° 1 pour les papas dans la quarantaine qui souhaitent améliorer leur santé et leur condition physique. Voici l’épisode 37 et Paul Tonkinson, comédien et coureur, me rejoint dans l’émission d’aujourd’hui. En plus d’être un comédien, Paul est un coureur de club expérimenté et, en 2017, s’est lancé le défi de courir le marathon de Londres en moins de 3 heures. Il est également l’hôte du podcast Running Commentary avec son coanimateur, Rob Deering. Salut Paul. Merci beaucoup de m’avoir rejoint sur le podcast aujourd’hui. Comment ça va?

Paul: Je vais bien, mec. Cette question est devenue de plus en plus chargée à la lumière des événements récents, je dois dire. Comment ça va? Es-tu en sécurité? Je souhaite bonne chance à tous. Essentiellement, nous allons bien ici dans la famille. J’ai quelques adolescents autour; ils sont arrivés de l’université la semaine dernière. Je sens que le message était assez faible avec les étudiants. C’est en partie parce qu’ils savaient qu’ils n’allaient pas revoir certains de leurs camarades, car l’Université était tronquée. Si vous êtes dans votre dernière année, ça y est maintenant, vous ne les reverrez plus. Oui, l’université est fermée jusqu’en septembre. Donc, je pense que la fête a été assez intense et il n’y a pas eu de distanciation sociale pendant longtemps, donc je suppose que tout le monde a compris.

Nous avons donc eu la dernière sorte de semaine, 10 jours… J’ai mangé dans des pièces différentes pour les enfants, j’ai nettoyé toutes les surfaces, tout le monde pense que je suis un idiot absolu mais je suis prêt à être le imbécile; Je veux juste m’occuper d’eux, vraiment. Évidemment, nous allons parler de cela et de la course à pied et d’autres choses, mais je pense que c’est une période assez stressante pour les papas car cela fait ressortir tous vos instincts de protection, n’est-ce pas? Je dois m’occuper de la famille, tu sais. Je sens que je suis un peu sur le pied de guerre, mais à Crouch End et c’est assez confortable. Il n’y a pas de pénurie de fournitures, mais vous nettoyez les surfaces, vous vous assurez que les gens ont de la nourriture, vous essayez également de parler à vos enfants et assurez-vous qu’ils vont bien et essayez de les faire prendre au sérieux sans leur faire peur. Ce qui est difficile quand on a peur. Ce n’est pas un scénario facile. Comment ça va? Tu vas bien?

Darren: Ouais, je vais très bien, merci. Comme vous le dites, je pense vraiment que je me suis retrouvé, la responsabilité parentale entre en jeu. Parce que je suis très détendu sur les trucs et très blasé dans certains cas sur les trucs mais ça m’a vraiment déclenché et je suis… Pas paranoïaque, mais juste très bien conscients de la gravité potentielle de cette situation et veillant simplement à ce que nous soyons protégés autant que possible en tant que famille. Alors oui, je peux complètement comprendre ce que vous dites.

Paul: Je pense que nous sommes à une époque où, personnellement et politiquement, il n’y a pas de coût réel à réagir de manière excessive, car la meilleure chose que chacun de nous puisse faire est de ne pas l’attraper ou de le donner à quelqu’un d’autre pour le moment, afin que les hôpitaux puissent faire face à il. C’est en quelque sorte votre première priorité. Je contacte les gens. Cela a fait ressortir beaucoup d’esprit communautaire pour les gens, ce qui est formidable. J’ai postulé pour un poste d’empileur d’étagères à la coopérative locale et je n’ai pas encore entendu. Je veux dire, à quel point ce serait mauvais pour mon estime de soi si je me fais renverser? Et je fais du bénévolat et des trucs, je veux aussi me sentir utile. À la fin de l’année, qu’avez-vous fait dans la crise des coronavirus? Je ne veux pas que la seule réponse soit: “Je me suis saoulé avec tous mes amis sur l’application House Party.” Je veux quelque chose d’un peu plus inspirant!

Une chose que je fais et je suis sûr que vous le savez, c’est que j’essaie de renforcer mon immunité. J’essaie d’avoir du curcuma et du gingembre et du miel et du citron le matin, je surdose dans mon corps de vitamine C, je reste très bien hydraté du mieux que je peux. Je dois avouer, je bois un peu trop parce que j’arrive au bout de la nuit et je suis juste comme … Ce qui n’aide pas l’immunité mais je me retrouve à couler un peu, juste avec le stress de tout cela pendant que le drame se joue. J’essaie de ne pas me battre contre quoi que ce soit parce que la vie est un travail difficile. C’est assez fatiguant de passer une journée en ce moment, n’est-ce pas?

Darren: Oui, certainement et je pense que même si les médias sociaux et les médias sont bénéfiques, je pense qu’il y a un danger de les consommer de manière excessive et de s’envoler assez facilement.

Paul: Absolument, oui. Si vous vous réveillez pendu… Eh bien, tout d’abord, si vous buvez trop, vous vous réveillerez pendu et vous penserez que vous avez le coronavirus. Ensuite, vous allez sur Twitter et après trois heures sur Twitter, c’est comme un acte de courage de quitter la maison, vous voyez ce que je veux dire? C’est comme si cela créait une réelle conscience accrue, n’est-ce pas? Je pense donc que vous avez raison. J’ai discuté avec quelques amis et ils m’ont dit comme aucune nouvelle, pas d’alcool. Ce qui devrait être génial, mais en réalité, vous devez connaître certaines nouvelles, car les nouvelles pourraient vous aider, elles pourraient vous aider, elles pourraient vous sauver la vie. Il s’agit donc de trouver le bon équilibre, mais ce n’est pas facile.

Darren: Ce n’est pas facile, mais je pense que l’équilibre dont vous avez parlé est la vie, n’est-ce pas? C’est un jonglage constant, en essayant d’équilibrer. Nous sommes dans notre type de normalité perçue, si vous voulez, et essayer de trouver l’équilibre maintenant est plus important que jamais.

Paul: Je pense que nous sommes encore un peu en phase d’ajustement de panique et la nouvelle normale ne l’a pas … Je peux sentir qu’elle a légèrement commencé. Je pense que le verrouillage a commencé à refroidir un peu tout le monde parce qu’ils savaient que ça allait arriver. À un certain niveau, c’est évidemment très dérangeant et bizarre, mais au moins nous étions un peu comme un enfant qui avait besoin de frontières en tant que nation. C’est ce que j’ai ressenti de toute façon. Dites-nous simplement quoi faire. Nous savons que cela arrive; donnez-nous simplement un verrouillage.

Je ne pense pas que les gens aient tout à fait cliqué sur ce que cela signifie réellement, mais la plupart des gens le sont et la distanciation sociale est vraiment un coup de fouet d’où je viens dans le nord de Londres, donc il y a de l’espoir. C’est intéressant pour les coureurs, car cela évoque tout ce qui concerne le contrôle. Les différents coureurs ont des attitudes différentes, mais vous avez ces gens qui sont Strava et qui sont vraiment programmés et orientés vers les événements et cela les laisse un peu déconcertés. Parce que c’est quelque chose que vous ne pouvez pas vraiment contrôler. Vous contrôlez ce que vous pouvez contrôler mais il y en a tellement que vous ne pouvez pas et je pense que les gens le trouvent assez stressant.

Darren: Ouais absolument. Pour moi, en particulier, je ne sors pas sur de longues courses et vous pourriez dire que vous êtes bien d’aller à l’extérieur et tant que vous ne courez pas avec un groupe, vous allez bien. Mais comme là où nous avons couru l’année dernière quand nous avons fait notre interview, je ne peux pas descendre un chemin de halage du canal. Il y a donc cet élément et j’ai entendu une statistique folle selon laquelle il y a eu une augmentation folle de l’achat de tapis roulants afin que les gens puissent les mettre dans leur salon ou n’importe où et continuer à courir.

Paul: Oui, je pense que beaucoup de gens font ça. Je veux dire, nous avons enregistré notre podcast la semaine dernière, juste avant le verrouillage et nous avons pris des distances sociales et tout ça, et nous avons nettoyé l’équipement et nous l’avons remis les uns aux autres et nous avons juste suivi tout le protocole et tout ça. C’est comme Human Pac Man lorsque vous courez ou marchez, les gens attendent que les autres bougent avant de bouger. Et de temps en temps, vous voyiez une personne âgée juste dans un buisson ou quelque chose, juste à côté du chemin, juste totalement paniquée. Et je comprends tout à fait parce que vous ne savez jamais quels sont leurs problèmes de santé sous-jacents. Je comprends parfaitement.

Et tout le monde était en quelque sorte un peu névrosé, mais s’occupait d’eux-mêmes et les uns des autres, puis ce type chinois vraiment en sueur et toussant traversait le milieu de tout le monde. Vous n’auriez pas pu l’écrire, et tout le monde est devenu complètement fou. Tout le monde est devenu fou. C’est comme un raz de marée de panique pure alors que les gens viennent de plonger dans les buissons. Il semblait si visiblement en souffrir. Peut-être qu’il essaie de s’enfuir, je ne sais pas. Peut-être qu’il essaie de le parcourir. Que Dieu le bénisse, il est toujours vivant, mais mon Dieu, il était juste honnêtement en train de bafouiller à chaque troisième étape et de vraiment transpirer.

Darren: Dans certains cas, il est assez étonnant de voir à quel point les gens ne se connaissent pas eux-mêmes et de l’environnement et ce que leurs actions peuvent faire à d’autres personnes. Mais, oui, c’est une époque folle. Donc, le côté courant des choses est presque un peu sur le verrouillage.

Paul: Pour le moment, c’est difficile pour moi parce que j’ai en fait une blessure au mollet qui revient sans cesse et c’est comme si tu voulais te reposer, mais tu veux courir, mais tu sais que le repos est un remède. Ça n’a pas fait mal; il garde juste une sorte de micro-déchirure ou quelque chose comme ça quand je vais courir. Parce que maintenant je ressens vraiment le besoin de courir, je fais une très longue marche lente tous les jours. Vous ne voulez pas trop courir parce que vous ne voulez pas affaiblir votre système immunitaire. Quand je discute avec des gens, je dis simplement: “Courez pendant environ 40 minutes par jour maximum.” Vous vous contentez vraiment de vous débrouiller.

Et vous avez des ultra-coureurs qui courent toute la journée et tout ça parce qu’ils y sont autorisés une fois par jour, donc ils ne reviennent jamais. Les gens l’interprètent comme ils veulent, mais pour moi en ce moment, juste au moment où j’ai vraiment besoin de courir pour ma santé mentale, je ne peux pas le faire. C’est donc une longue marche lente d’un après-midi et ça m’a vraiment plu. J’essaie de faire des exercices de renforcement autour de la maison et j’essaye aussi de surveiller mon poids. Je viens de monter sur la balance – je n’ai pas couru correctement pendant environ 10 jours et j’ai déjà pris trois livres. C’est comme Noël sans le plaisir, n’est-ce pas? Avouons-le.

Darren: Oui, absolument. C’est une bonne comparaison. Comme vous dites, le côté courant des choses pour la santé mentale; Je pense que si vous en avez besoin plus que jamais, évidemment nous ne pouvons pas. Lorsque vous êtes blessé, vous devriez vous détendre, mais notre instinct est “non, nous irons bien, nous continuerons à le faire couler”. Mais nous sommes confinés et nous ne pouvons pas le faire maintenant. Combien de temps cela dure, nous ne le savons évidemment pas encore, nous devons donc trouver d’autres voies et moyens autour… Peut-être ne pas courir à moins que vous ne vouliez monter et descendre les escaliers 5 000 fois.

Paul: Le truc du tapis roulant, je peux voir que ça devient attrayant parce que nous devons aussi prendre en compte le fait qu’être dehors n’est plus nécessairement relaxant une expérience. Tout est tellement intensifié, on a l’impression que vous êtes dans les scènes d’ouverture d’un film d’horreur chaque fois que vous êtes à l’extérieur. Les rues sont vides et tout le monde que vous voyez, il y a une prise de conscience accrue d’eux. Parce que malheureusement, vous ne voyez plus de gens; vous voyez des transporteurs potentiels et vous vous imaginez comme un transporteur potentiel.

Ce que cela a fait, c’est vraiment dommage et j’espère que ce qui en ressortira est une idée de combien vous vous aimez vraiment. Combien nous aimons pouvoir nous parler et être proches les uns des autres, ce sens de la communauté. Parce que tu ressens ça comme une douleur, n’est-ce pas? C’est comme une douleur, cette déconnexion avec les gens, cette déconnexion forcée. Je le ressens vraiment fortement, je ne peux pas attendre que ce soit fini juste à ce niveau, juste pour que nous puissions tous nous détendre les uns avec les autres.

Darren: Je pense que pendant cette période, il est difficile de le reconnaître, je pense que beaucoup de bien en ressortira. Je ne dis à personne une seule minute que tout cela est une bonne chose. Ce que je dis, c’est que je pense que comme vous venez de le dire, les gens reconnaîtront ce qui est important et ils seront très reconnaissants pour certaines des choses simples que nous tenons pour acquises.

Paul: J’espere. Mais ensuite, bien sûr, il y a toujours ce truc parce que les gens ont beaucoup de conversations comme ça, “j’espère que nous verrons les choses simples dans la vie” mais le rebond pourrait être encore plus difficile. Tout le monde vole partout, rouvre les marchés boursiers, vend des tonnes de maisons. Il y a une raison pour laquelle ce système a émergé au fil des ans et c’est parce que nous l’avons tous aimé. Nous aimerions sortir dépenser et gagner encore et bourrer et regarder des films, mais j’espère qu’il y aura …

Je pense que la communauté, je pense qu’elle est toujours là et je pense qu’il faut juste quelque chose comme ça pour qu’elle se manifeste. Mais, disons, hier soir, les applaudissements des travailleurs du NHS, cela m’a vraiment surpris. Je ne suis pas sniff à ce sujet, mais je suis juste comme n’importe quoi où les gens se produisent, étant vertueux ou tout ce qui fait toujours du bien… C’était tellement incroyable, n’est-ce pas? C’était indéniablement émouvant et communautaire, et je pensais que c’était fantastique. Je l’ai vraiment fait.

Darren: Oui, c’était un peu émotif, en fait.

Paul: C’était comme un petit mini festival ou quelque chose comme ça. C’était comme une chose de deux minutes comme si nous acclamions les travailleurs, nous acclamons les gens de première ligne et nous nous acclamons aussi ce petit bout qui désespère désespérément que cela se termine et veut que tout le monde survivre. Vous avez raison, c’était émotionnel. C’était juste très affirmant l’un envers l’autre: les gens agitent et bourrent en essayant de ne pas se rassembler. Les gens étaient tellement tentés de se rassembler tout en sachant qu’ils ne le pouvaient pas. Sur les événements aussi. Nous n’en avons pas parlé – les événements du mois. J’allais faire le marathon de Manchester, j’allais faire Londres. Cela a totalement changé la structure de l’année d’une manière que personne ne connaît encore. Ils ne savent pas comment ça va se passer.

Darren: Tous ces événements aussi, cela prend tellement de temps à planifier, mais ce sont tous les événements majeurs. Les Jeux Olympiques, tout a été mis en conserve et le Marathon de Londres et des choses comme ça pour lesquelles les gens ont probablement passé la dernière année à s’entraîner. Je connais quelques personnes qui sont très contestées à ce sujet, le fait qu’elles mettent tous ces efforts et maintenant elles ont l’impression que cela va être gaspillé. Et je pense que c’est là que l’élément de la santé mentale doit entrer en jeu. Il faut vraiment y mettre une perspective différente pour y arriver.

Paul: Et aussi les gens qui se rendent compte que le fitness, les miles que vous avez, ne vont nulle part. Vous les avez toujours. Ils sont toujours en banque, mais c’est que la reconnexion avec l’idée de courir est juste assez agréable en soi, n’est-ce pas? Cela vaut la peine de le faire en soi, même si son seul but est d’en profiter, même si vous le déchirez juste en dehors d’un plan. Pour être honnête, c’est une grande partie de ma course de toute façon parce que pour moi, la norme est que je cours beaucoup pour rire et ensuite je me concentre de temps en temps pour un événement. Mais mon principal truc en course, c’est que je fais de la montre pendant environ une heure et je m’amuse juste, je suis juste dans les bois, je le fais, en courant aussi librement que possible, vraiment. Donc je pense que c’est un peu plus facile pour moi. Si vous pouvez l’utiliser, c’est le moment de devenir plus en forme et plus rapide et de travailler sur votre vitesse et toutes ces sortes de choses, mais vous allez devoir abandonner les choses.

Et aussi pour l’avenir, cela va changer la mentalité des gens parce qu’ils se rendent compte que les choses sont fragiles. Disons que le secteur des vacances, c’est un peu hors sujet, mais les gens vont réserver des vacances à l’avenir… Vous aviez l’habitude de réserver vos vacances comme en janvier, vous réserviez juillet, vous sortiez de Noël et réserviez un vacances. Je pense qu’il y en aura un peu moins parce que les gens réalisent que les plans ne fonctionnent pas toujours et que les coureurs s’adaptent. Vous vous entraîniez pour quelque chose? Que se passe-t’il avec vous?

Darren: Oui, je m’entraînais pour Ironman Suisse et c’est en juillet, donc je doute que cela se produise. C’était mon année de qualification pour Kona, mais je ne pense pas que cela se produira. Ce que j’ai fait psychologiquement, c’est que je viens de le retourner et maintenant je vais l’utiliser pour améliorer la force de mon cycle. Je pense que c’est l’élément clé, n’est-ce pas? Je pense que ça le retourne sur la tête, sans être frustré. C’est: D’accord, donc je ne peux pas faire ça maintenant, mais que puis-je faire d’autre ou comment puis-je le retourner et en tirer des avantages?

Paul: Oui, ça le fait basculer, donc ça devient une opportunité de faire quelque chose sans faire trop de pression en soi, je pense, pour moi personnellement, parce que chaque jour il y a assez de pression. Vous avez raison, si vous regardez bien, il n’y a jamais eu de temps pour écrire le livre que vous vouliez écrire ou faire toutes ces choses… vous avez le temps maintenant. Mais en même temps, si un Pot Noodle va vous faire vous sentir mieux à ce moment-là, je ne vais pas vous le refuser.

Je veux dire, nous en avons eu un horrible l’autre jour. C’était l’anniversaire de ma femme et, évidemment, nous ne pouvions pas célébrer avec des amis, puis un de nos chiens est également décédé… nous avons dû laisser partir un de nos chiens. Donc, nous sommes tous en larmes en dehors du vétérinaire, nous ne pouvions pas être avec elle à la fin, nous avons dû la passer par la porte. C’était comme ce film, la scène d’ouverture d’un film d’horreur sur la pandémie et vous y êtes.

Ces choses se produisent donc je ne veux pas encore étirer mon temps, mais il y aura un moment où je le ferai définitivement. J’ai commencé à lire correctement et à réfléchir à ce que je veux faire au cours des prochains mois et j’espère que j’arriverai à un plan très bientôt. Mais je dirai que la maison n’a jamais été aussi propre. Je ne pense pas avoir nettoyé une surface claire de ma vie, mais ça se passe maintenant au quotidien. Nous avons tous amélioré notre jeu à cet égard.

Darren: En ce qui concerne, comme vous venez de le mentionner à propos de l’élaboration d’un plan et de choses comme ça … Je pense que les avantages que nous avons maintenant à l’époque où nous sommes, c’est que même si nous sommes physiquement déconnectés, nous sommes tellement plus lié. Du point de vue de la course et du plan, il y a tellement de choses en ligne maintenant que vous pouvez regarder et vous pouvez faire des recherches que vous n’auriez peut-être pas consacrées au temps auparavant. Ce qui pourrait finalement, lorsque nous en sortirons, signifier que vous êtes un coureur plus efficace ou que vous êtes plus efficace dans la façon dont vous construisez vos plans.

Paul: Oui, absolument, oui. Tout est là, les ressources pour vous aider. Certaines personnes vont juste se désagréger et se saouler et manger des charges et certaines personnes vont utiliser le temps à bon escient et la plupart d’entre nous seront quelque part au milieu. C’est comme ça, il semble probable que cela va au moins se ralentir à un moment donné jusqu’au début de l’été, sinon la fin de l’été, mais vous espérez d’ici l’automne que les événements vont se reproduire. Vous ne pouvez pas rester avec certitude, mais vous l’espérez, n’est-ce pas?

Cela vous fait réaliser ce qu’est la course à pied physique aussi, et à quelle fréquence nous sommes tous entassés ensemble. Comme, vous savez, vous courez un marathon de Londres et des gens partagent des bouteilles d’eau et d’autres choses; vous vous demandez si ce genre de chose ne reviendra jamais, ce genre de sens physique collectif – ce que c’est que de courir ensemble. J’espère que oui, mais peut-être qui sait?

Darren: Je pense que cela incitera certainement les gens à réfléchir et à réfléchir, comme vous le dites. Je pense que l’autre chose, cependant, est la minute où cela est considéré comme devenant moins une épidémie et les gens commenceront à pouvoir se déplacer un peu plus librement à nouveau, comme vous l’avez dit précédemment, les gens oublient très rapidement et peuvent revenir à comment étaient-ils autrefois, non? Et tout cela peut tout simplement être oublié.

Paul: Oui, les vieux comportements. Tout tourne autour du vaccin et, espérons-le, dans un an et demi, cela fera simplement partie d’une grippe saisonnière qui se transmet donc nous avons un vaccin et c’est beaucoup moins effrayant. C’est ça qui fait peur. Je pense qu’une fois que vous avez fait cela, alors je pense que les gens reviendront en arrière, ils partageront des bouteilles d’eau et transpireront les uns sur les autres. Et comme ils aiment, comme nous apprécions évidemment. Pour être juste, j’ai toujours été un peu nerveux à l’idée de partager des bouteilles d’eau avec les gens, mais c’est quelque chose que les gens font pour arrêter de gaspiller toute l’eau dans les marathons de masse. Vous ne pourriez certainement pas vous en sortir maintenant. Je sais que nous continuons à tourner sur Corona, mais comment vont vos supermarchés? Comment ça se passe? Êtes-vous bien pris en charge?

Darren: Ils sont, bien que de toute évidence à court de stock. Mais je pense que l’hystérie qui se produisait il y a une semaine s’est apaisée dans la mesure où ils ne sont pas absolument battus avec 500/600 personnes à sept heures du matin. Il y a un peu plus de calme qui vient. Mais il y a toujours des gens qui achètent plus que ce dont ils ont besoin et j’ai fait un Facebook la semaine dernière et j’ai dit que si nous mangions tous moins parce que nous devons tous manger moins, nous ne serions pas dans la position que nous sommes.

Paul: Vous avez raison. Je veux dire, vous auriez pensé qu’après un certain temps, l’achat de panique diminuerait parce que les gens seraient assis dans leur maison en pensant: Savez-vous quoi? Je suis entouré de toute cette nourriture. J’ai 4 000 rouleaux de bogues. J’en ai assez, j’ai pris soin de ce domaine. Mais les gens piquent et achètent des étagères et des trucs, achètent de la nourriture et des trucs. Et la vérité est aussi qu’ils pourraient être les plus intelligents, nous ne savons tout simplement pas. Mais ce n’était pas quelque chose que je faisais mais j’essaie de ne pas les juger parce qu’ils ont juste peur, n’est-ce pas?

Comme vous l’avez dit, l’athlète en vous qui vient, la réalité est que nous devons manger moins parce que nous faisons moins. C’est ca le truc. Mais vous êtes en même temps où, primitivement, vous êtes menacé, vous pensez que nous allons manger plus car c’est une longue lutte. Il y a donc une tendance que vous voulez réconforter à manger, n’est-ce pas? Vous voulez en quelque sorte constituer des stocks et des réserves d’une manière mais il n’y a pas de besoin physique pour le moment.

Darren: Non, c’est vrai. Et je pense que c’est notre combat ou notre fuite, ce sont nos cerveaux d’animaux qui entrent en jeu. La grande majorité des gens ne seront pas conscients du fait qu’ils se comportent comme ils le sont, ils se sentent menacés et donc ils entrent dans leur mode d’homme des cavernes. je veux juste protéger et chasser et cueillir et c’est essentiellement ce qui se passe.

Paul: Oui absolument. L’hystérie dans les supermarchés… C’est aussi bien sûr ça qui mène à l’hystérie parce que vous y arrivez et il n’y a rien de bien choquant qu’un supermarché sans nourriture parce que nous sommes tellement habitués à avoir de la nourriture. L’autre semaine, je discutais avec un compagnon, un gars adorable, un peu mouillé derrière les oreilles, un peu de la classe moyenne, un peu peut-être un peu naïf. Vendredi dernier, il est en route pour des promenades, il dit: “Je suis dehors, je marche, c’est vraiment sympa, adorable.” J’ai dit: “Où allez-vous?” Il a dit: “Je pars au supermarché.” Et c’était à 13 h 00. J’ai dit: “Il n’y aura pas de nourriture là-bas.” Et il a dit: “Oh non, je vais bien.”

Honnêtement, de toute façon, nous avons parlé pendant encore 15-20 minutes, il arrive au supermarché et il est comme, wow. Il est là au milieu du supermarché avec une liste pour ses courses hebdomadaires. Certaines personnes sont si loin derrière la courbe, vous vous inquiétez pour elles. C’est comme, tu dois te réveiller. Mais à Londres, nous avons beaucoup de chance car il y a beaucoup de magasins locaux et d’autres choses, mais vous ne pourrez pas vous rendre au supermarché à 1h00 pour votre magasin hebdomadaire. Ça va mieux cette semaine, pour être juste, mais surtout la semaine dernière. Vous avez raison, nous semblons avoir atteint cette vague et une nouvelle normalité se développe, elle commence tout juste à se produire.

Darren: Oui exactement. Paul, quittons Corona et parlons de votre livre. Votre 26,2 milles au bonheur. Expliquez-nous pourquoi vous avez décidé d’écrire le livre.

Paul: Je voulais écrire un livre depuis un moment et je voulais battre trois heures pour le marathon pendant un certain temps et les deux ont juste commencé à geler dans mon esprit pendant que je m’entraînais pour le marathon. J’ai écrit sur la course à pied depuis longtemps parce que je fais une chronique de Runner’s World et je pense à courir et à en parler avec des podcasts et à des gens comme vous et tout ça. Et il y a beaucoup de gens qui aiment parler de course à pied et j’y ai beaucoup réfléchi.

Les deux sont devenus un dans mon esprit alors que je me préparais pour le marathon. J’ai pensé: “Regardons les choses en face. Personne ne veut vraiment lire un livre sur un gars qui n’a pas battu trois heures pour le marathon. ” J’ai donc pensé que si je pouvais battre trois heures pour le marathon, cela me convaincrait peut-être d’écrire un livre à ce sujet. Les deux sont devenus un, ils sont devenus une sorte de projet: si je peux le faire, je peux écrire un livre. Et donc j’ai prêté beaucoup d’attention au processus et au processus physique mental de préparation à battre trois heures pour le marathon, ce qui pour moi était une grosse affaire.

Le temps n’est pas vraiment pertinent. Pour moi, battre trois était pertinent, mais pour d’autres, cela peut être n’importe quand. Il s’agissait plutôt de tout donner à travers un processus, et je le fais très rarement parce que, comme nous l’avons dit, j’ai tendance à courir pour le plaisir beaucoup. Mais j’ai couru en compétition quand j’étais enfant et c’était un peu comme revenir dans cet état, c’était en quelque sorte une réémergence de cela. Et j’ai vraiment apprécié d’embrasser mon extrémiste intérieur et de m’y consacrer pendant et après l’entraînement, de surveiller mon alimentation et de tout bien faire. Je sens que vous faites beaucoup ça, mais pour moi, c’était quelque chose de très irrégulier.

Et donc je voulais juste écrire sur ce processus et l’état mental de courir des marathons. Et soyez drôle avec ça aussi, mais aussi un livre pour les coureurs peut en apprendre quelque chose et les non-coureurs peuvent être un peu inspirés. C’est juste un joli mélange de différents éléments. Alors oui, ça s’est juste réuni et les bonnes gens de Bloomsbury ont accepté de le publier. Ça s’est plutôt bien passé; le livre audio se vend très bien et le livre se vend bien. Ce fut vraiment une expérience très agréable, le tout.

Darren: En ce qui concerne le moment où vous écriviez le livre et lorsque vous vous entraîniez à rompre les trois heures, était-ce un cas simple de votre plan et vous suivriez des blocs de formation, puis vous écririez différents éléments du livre?

Paul: J’ai écrit le livre environ un an et demi après avoir suivi toute la formation. En ce qui concerne l’écriture du livre, j’ai fait les ventilations de chapitre et je savais ce que j’écrivais tous les jours et tout ça. Chaque jour, quand je m’asseyais pour écrire, je savais sur quoi j’allais écrire. Et un peu comme une sorte d’entraînement pour le marathon: lente et régulière remporte la course. Vous définissez ces blocs de temps où vous allez faire certaines choses et vous le faites.

Pour le marathon, j’ai augmenté progressivement le kilométrage jusqu’à ce que je fasse environ 55 à 60 miles par semaine, ce qui pour moi est en quelque sorte le sommet de ce que je peux gérer. Et puis simplement augmenter les longues courses chaque semaine et essayer de ramener cela à 85 minutes pour le semi-marathon, en faisant simplement toutes les courses de seuil. Je ne fais que suivre un programme pour les trois mois précédents et je l’ai vraiment apprécié. Ouais, j’ai vraiment apprécié ça.

Darren: Selon vous, quelle a été la plus grande chose à faire pour atteindre ce moment? S’agissait-il d’un entraînement de vitesse plus spécifique? Était-ce la distance? Était-ce une combinaison des deux?

Paul: Je pense que c’était une combinaison, mais je pense que c’était en grande partie – dont je parle dans le livre – l’état mental de ce qui se passe entre 20 et 25 miles et se concentrer uniquement sur cela. Se concentrer uniquement sur le mur et ce que c’est. Physiquement, j’ai essayé de faire quatre ou cinq descentes dans la zone des 18-22 milles et j’ai essayé de me concentrer sur au moins un effort accru. Ce n’est pas trop de vitesse; essayez de courir plus vite, mais essayez de frapper les quatre ou cinq derniers kilomètres de ces courses un peu plus fort, plutôt que de simplement disparaître comme je le faisais dans le passé. Vous entraînez votre corps à courir vite quand il ne le veut pas. Vous essayez simplement de développer cet effort et cette vitesse lorsque vous êtes vraiment, vraiment fatigué.

J’ai donc fait pas mal de ça, puis je me suis concentré sur le mental «mettre votre jeu ensemble». J’essaie juste d’encadrer ces cinq milles entre 20 et 25. J’en parle dans le livre comment je suis arrivé à la conclusion que dans la plupart des courses, le dernier kilomètre prend soin de lui-même car il y a quelque chose en vous, vous pouvez le réduire à quatre tours de piste. Il y a quelque chose dedans qui vous attire vers lui, c’est comme une traction inoxydable ou quelque chose comme ça. Je voulais me concentrer sur le 20-25, alors j’ai pensé que je vais redémarrer ma montre, et je vais courir une course de cinq milles de 20 à 25. Et c’était une tentative de m’attacher à quelque chose que je pouvais gérer, à quelque chose que je pouvais comprendre et cela fonctionnait à peu près.

C’était assez agréable de simplement physiquement, non seulement de regarder ma montre et de dire: «Je commence une course de cinq milles», mais juste de la redémarrer – je recommence, maintenant. Et cela m’a aidé, mais cela n’a pas facilité les choses. C’était encore très dur et je n’aimais pas dépasser des tas de gens parce que tout le monde dans cette zone qui fait ce temps est un très bon coureur de toute façon. Cela m’a donné quelque chose à quoi m’accrocher parce que j’avais l’habitude de découvrir que je commençais constamment à me défaire un peu à 22/23 miles, juste une sorte de début à perdre du rythme et de la forme et juste une détérioration. Vous essayez de le réduire, n’est-ce pas? Comment faites-vous des marathons?

Darren: Oui, c’est définitivement pour moi, je peux comprendre ce que vous dites à propos de l’élément mental. Je pense que physiquement, lorsque vous vous entraînez pour un marathon, vous atteignez un niveau de forme physique qu’il gagne marginalement à la fin de la journée. Vous pourriez en faire un peu plus à l’entraînement, mais le gain réel que vous obtiendrez est marginal. Ensuite, la chose que je trouve que vous pouvez faire à l’entraînement, mais cela ne démarre pas vraiment dans une course et c’est le côté mental. Et pour moi, je le décompose en kilomètres et donc quand j’arrive à la fin du marathon, je pense juste à chaque kilomètre et je célèbre chaque kilomètre au fur et à mesure.

Je trouve que la plus grande lutte est mentale. Ce que je veux dire par là, c’est la fatigue, la fatigue mentale que vous ressentez lorsque vous franchissez les 20 miles parce que tout cela se passe dans votre cerveau. Oui, ça fait mal, mais c’est tout ce que vous pouvez gérer mentalement pour garder un pied en mouvement devant l’autre, c’est essentiellement ce que vous avez juste à continuer de faire. Physiquement, je pense que vous pouvez continuer et ce que vous disiez sur le dernier kilomètre, oui, vous avez terminé alors, n’est-ce pas? Dans votre esprit, vous avez terminé; vous pouvez voir la ligne d’arrivée et en fait, je trouve que j’accélère à la fin.

Paul: Ouais, j’en ai. Je trouve ça, oui. It’s that sort of you try to trick the central governor, you try to trick the mechanism in your brain that constantly says “slow down.” You know, you think you’ve given everything but there’s always more to give so you just try to trick that, so that was what the five mile race was about. Most of the times in marathons as well, I’m a big fan of the kilometre thing, just clicking off the kilometres because there’s more of them and they’re a bit shorter. You can get a bit lost in a mile but a kilometre is two and a half laps of a track and it’s sort of like, I prefer to measure kilometres in my mind when I’m running. Certainly, I look out for those very much.

Darren: I’ve never run just a straight marathon. Do they mark the course out in miles or kilometres when you’re doing it?

Paul: They do it in both. They do miles and then every five kilometres they’ll tell you and they do mile markers as well. Especially when you do a big one like London, you’ve constantly got mile markers, people telling you how fast you are and water and stuff. They’re great but it’s a different experience I’d imagine to running at the end of an Ironman. I can’t imagine that.

Darren: I’m sure it’s a little bit similar for the marathon, I draw energy from the crowd towards the end and people you don’t even know cheering you on and just kind of trying to motivate you and stuff like that. And I really buy into that.

Paul: You’re right, and that can really, really help you. You can spend too much energy trying to block those things off. I think the only real tactic has to be to open out and just soak it up and get strength from that. And also, I was thinking about that when you talked about pain. You know it’s coming, you know it’s going to hurt, but don’t spend too much energy. For me, anyway, it’s that thing of not spending too much energy fighting the pain. It’s going to come; don’t spend any more energy than you need to fighting it. It’s going to come.

For now it’s just that sort of short fast steps, just try to keep your steps going, just try to keep your form together. It’s a fascinating experience, which of course is why we do it. We obviously like to be on the edge of extreme physical pain and feel that and the strength you feel when you come through it and the deep feeling of calm you get at the end of these events. When you know you’ve given everything, there’s something about it that’s very deeply satisfying.

Darren: Yeah, and I think that for me is one of the things I draw on when you mentioned there about it being painful. I often try and project forward and say to myself, “Yes, it is painful. It might be painful now, but when you cross that finish line and you stop, within a few hours, that pain would have gone anyway. You might be a bit stiff, obviously, but that pain is gone. Like you say, don’t put time and energy into telling yourself how much it hurts now; just try and put it to one side.

Paul: It’s interesting, that moment when you stop is so sort of glorious. There’s such a relief to stopping. To never run again would be awful, but to run forever would be another kind of awful, but to run hard and then stop is just so fantastic, isn’t it? It’s such a great feeling. It is lovely.

Darren: You mentioned, Paul, in your training you were focusing on your diet; is that something which you found difficult?

Paul: It’s just unusual for me. I’m very much a sort of fun runner, sort of blending into club runner, I sort of mix the two. So if I’m not training for a race, I can drink a bit too much and put on a bit of weight and then if I’m training and taking something seriously, then the drinking goes. And also if I’m not bred off, then I’m fitter and I’ll lose weight. My best sort of racing weight is about just under 12 stone. By that I mean that I was starting to look a little bit unhealthy to friends who’d say “you look a bit thin.” But then my normal weight as an adult is about 12 ¾ stone, so I’m just trying to lose that… almost a stone, and that comes from not eating late, the odd bit of fasting, no breads, put down on pasta, no biscuits.

Just simple things that we all try and do; loads of fruit and veg and drink loads of water. We know what to do. There might be the odd tweak in terms of like someone knows about this great supplement or they found an exotic vegetable but basically everyone knows what you’re meant to do.

Darren: Yeah, it can be simple. Humans love to overcomplicate this and, like you say, we know you only have to have your mate who’s found this magic gel that’s going to help you and we love buying stuff like that.

Paul: Someone sent me one of those, is it Maurten? Have you tried that? Would you recommend it?

Darren: Ouais. I use it quite a lot.

Paul: So that helps in recovery or that helps for the event itself?

Darren: It helps for the event itself, definitely, because of the amount of carbohydrates it’s got but sometimes I think it’s just because of marketing. It’s is only because of Mr. Kipchoge who uses their products as well. There are others out on the market which are similar but you know, it’s almost like he uses it so it must be good for him, so I must use it.

Paul: I’ll give them a go when this lifts. And also, doesn’t all this palaver put the Vaporfly thing in perspective? Why is everyone making so much of a fuss about we found some trainers that made his legs faster? But it’s interesting what you said about that. I’ll have a look when it all comes back and races come back because I’ve heard a lot of people really liking that Maurten stuff.

Darren: I think the difference between that and the other products on the market is that they don’t tend to put too much nonsense. What I call nonsense is the really highly refined and manufactured sugars that they put in a lot of this stuff. Where do you sit, Paul, on the whole kind of diabetes side of things? We’re perceived to be healthy and all the rest of it when we’re doing these endurance sports, but yet there’s growing concern and evidence that all of these sugary drinks and gels that we have are creating a bit of a diabetes issue.

Paul: To be honest, I didn’t know that. On a personal level, I don’t take enough of them for that really to be a fact. That’s not to say I don’t like sweet stuff; I definitely eat chocolate and stuff. But I suppose it’s inevitable, isn’t it? What you just said is we sort of know when we’re running that this might be useful for us but it’s a bit over sugary, because those gels, a lot of them, you can’t have many because they will just make you sick. Facts indicate that they can’t be that good for you. Like anything, even in the current climate, it’s just got to be science-led, hasn’t it? If there’s a problem, then people need to look at it because you can be doing things that feel right in the short term but they’re a problem to your long term health. Is that a real issue?

Darren: Yeah, it is something I’m very concerned about and as a result, I’ve actually switched to becoming more fat adapted because, obviously, fat is more of a sustained level of fuel for the body. When I’m doing long distances now, I don’t have nearly as many gels as I used to; I’m having starch and things like that to give me the energy.

Paul: In what form, then?

Darren: It’s in a powdered form in the form of a drink. You can also mix it up and you can make it gel-like as well. Funny enough, the last half marathon I did, I tried to make my own gel pack and that didn’t work too well because it all exploded in my pockets. I was scooping it out with my fingers as I was running!

I came across a guy last year who’s a pro mountain biker and he does some of these extreme endurance mountain bike events like 48 hours and they feed him chips. He doesn’t touch any gels or anything like that. Every time he goes round his lap, he has a bowl of chips.

Paul: We reach conclusions about these sorts of foods and then the science changes. Who would have thought, you know, all this time?

Darren: Obviously, you’ve got your Running Commentary podcast with Rob; what’s happening now in these times? How are you managing to keep that going?

Paul: What we did initially as it went into this is that we recorded two, so we’ve got this week’s and next week’s. And then Rob has sent me a remote device so at some point in the future, I can imagine us running separately but talking to each other on our phones. I’d imagine that’s how we’re going to do it.  To be honest, I’ve got no idea but Rob’s the tech guy. Rob has sent me something through the post, I haven’t even looked at it yet. Such is my disengagement with all things tech, I’m a bit rubbish, but I’m committed. It’s nice, I get a lot of joy out of doing the podcast, I get a lot of that community thing that makes podcasts so good. We’ve always done one a week for the last three/ four years so we want to keep the one a week thing going.

People start relying that it comes out every Friday and it’s one of those things that you want to give people, don’t you? At this time where there’s no football, there’s no church, if you can give people any kind of structure, any kind of hub, sort of, to key into and connect with people, I think that’s really important for me as well as for them. Because I love doing it and it’s part of my week’s structure so we’ll do everything we can to keep it going. And if that involves me learning something about tech, I’m prepared to make that sacrifice. Here we are on ZenCast, I didn’t know that existed until today so there’s progress. We can all make progress, you know?

Darren: Like I said, there are good things that come out of all of these kinds of things.

Paul: There is. If you have that sort of willingness to change as well. Maybe there’s stuff the other way as well for people who are really… Because I’m always sort of more, not laisse faire but trying to roll with things and not over-control things and I’m okay with chaos. I’m sort of okay with it. I know I’m going to have to get a handle on this to impose structure on it in order to properly get through it and just look after my health and be good for my family and look after everyone.

At the same time, most people who are used to a life of control might want to factor in something that they can probably do, but it might not be that healthy for them to really over-control every waking hour of this as well. I mean, there might be some relaxation. I don’t know, do you know what I mean? Just a loosening of something as well, which we’re all going to learn through this and we’re all going to change. Society will change a little bit and as humans, we will change on an individual level and we don’t know how yet.

Darren: I think you’re right. I think we will all change and we will all do things… not all things slightly differently. But also what you’re saying there about structure, we might not acknowledge that we want structure, but I think we find a lot of comfort in knowing that there’s a structure there, don’t we?

Paul: Absolutely. Of course, and that’s what makes this so hard because there’s no end points. We just don’t know. And that’s why panic buying makes a bit of sense. It’s easy to judge and feel a little bit above it and then in three weeks’ time, you’ve got no food and you haven’t got any toilet roll. It sort of makes evolutionary sense, doesn’t it?

And work as well. People like going to work, they like the rhythm of the week: Friday, Saturday night, we all go out and do this and on Sunday, it’s a bit quieter but there’s football on the telly and all this sort of stuff. It’s a real challenge for them. I’ve got some stuff kicking in next week where I’m just helping people deliver food and stuff and that’s going to happen between half eleven and one next week for me and that’ll give me a nice bit of structure. Just that little thing will help. Because it’s always nice to do a bit of volunteering, but it’s just that that will really help me and then I want to do a bit of writing and then I want to do some exercise. It’s just those simple blocks and then you get a bit of food and I’ll be fine with that.

But I must say the first couple of weeks have been a little bit discombobulated, as most people have. Boris Johnson’s got the coronavirus this morning. Prince Charles… Things like that, they affect you, don’t they? Sorry to break it to you so casually! I was just trying to disengage from news and then a mate said, “Oh, Boris has got it.” I thought he was joking, he said, “Don’t you watch the news?” And I was like, “I’m just trying not to watch it.”

So Boris has got it so you just realise that it’s a great equaliser.  Everyone is getting it; it’s going through all society. But at the same time, that’s also a shock for the country and hopefully there won’t be too many more. But that’s what I’m saying: I’m still a little bit in that stage of sort of reacting to shock.

Darren: I bang on about this a lot and I’m sure people close to me get bored of me saying it but it’s a classic scenario of: It doesn’t matter your stature, where you are in life, health effects alld. And it’s irrelevant as to how wealthy or “unwealthy” you are, there’s no way out of this. You can’t buy your way out of this.

Paul: You might be able to buy yourself a test but it doesn’t affect whether you’ve got it or not. You’re right. In many ways, we’ve always been aware of this as people value being healthy. Health is wealth, isn’t it? The extent to which you’re healthy is everything, mentally and physically. Do you do any sort of meditation or anything like that?

Darren: I do.

Paul: You do? What kind of meditation do you do?

Darren: I do a guided meditation and it’s only 10 minutes a day. It took me a long while to find something which really fitted with me. I tried all these different apps and 20 minutes a day and everything and I just couldn’t calm myself enough to kind of sit there. But now I’ve found something, it’s a thing called Daily Calm and I just sit there 10 minutes every morning, just go through it and it does have an impact in terms of it just calms the mind, gives you a clearer perspective on things. So yeah, I have started doing that and it’s one which I do now habitually.

Paul: I go to church, I’m a church man and when they pulled the Catholic mass, that really affected me because it’s just that communality and that people being together and stuff, so I’m going to have to find some sort of daily thing like that to key into, just that internal moment stuff. Just really sink into that and get that perspective of all things passing and stuff. I’ll have a look at some of those things to get those blocks in place.

Darren: Yeah, and again, it’s having that structure, it’s taking that time out to look after yourself, not just from a physical aspect, but from a mental aspect. And the other thing that I started to do now is a bit of breathwork as well, which I find really helps.

Paul: Okay, that’s interesting. A lot of people, and I include myself in this, they’re waking up in the morning… Sometimes I’ve been drinking too much and I wake up in the morning and I can’t get back to sleep and then you go on Twitter and then you get tense and then your chest starts to get a bit tight and then you think, “Oh, Corona’s chest tight.” And then before you know it, you’re just willing yourself into this anxious state that’s entirely self-created. You’re dehydrated through your own idiocy…

When you run, you’re feeding your body and everything that you ingest mentally is feeding your mind. It’s all content you’re putting into your head and it affects your state. So what sort of breathing stuff are you doing? That’s interesting.

Darren: It’s called box breathing. So I’ll just go outside in the morning, six o’clock in the morning, I’ll stand outside, about five or six times, I’ll breathe in and I’ll empty my lungs out. And then I will just breathe in, hold my breath for about 10 seconds, but then I’ll breathe out for about eight seconds. It’s a real controlled exhale to fill up the lungs and empty the lungs. What it does, obviously it helps the lungs, but it also calms the mind as well and just gives you that clarity early in the morning. I just do that and go back in, have my cup of tea and that’s it. It doesn’t take ages. That with the meditation really works quite nicely.

Paul: And of course, that’s always available, the breath thing, just to key into it. Just to take some nice deep breaths and really fill yourself.

Darren: Particularly those that have got young families and young kids right now and obviously you’re all confined in one space. If you take yourself away for 5/10 minutes and just calm yourself down and breathe, you’ll find you’ll deal with situations in a much more measured way.

Paul: Yes, of course. Because everyone’s panicky and everyone’s a bit weird, everyone’s a bit freaked out and obviously there’s a lot of stress points around the house and you’ve just got to be able to cope with them. And it never helps anyone better when papa starts getting stressed. You’re there to soak it all up, you’re there to be the big sponge but to do that, you might have to nip off and take a few deep breaths sometimes. We’ll all end up like Buddhist monks.

Darren: Oui exactement. So chilled out that the country won’t return to work.

Paul: That’d be good! You’re right, it’s very, very important to get your deep breaths and enjoy the time that we can get outside whilst we can still do that. The fact is this lockdown… And I know this will date quite quickly. Hopefully, people will look back on it saying “oh, I remember the lockdown” but at the moment, we are still allowed to go out twice a day. It’s a very generous lockdown. You can go for a walk, have exercise and you can go to the shops every day. To be honest, that’s probably a little bit more than some people were doing. It’s only when it’s imposed on you that you feel it, isn’t it? Let’s just be grateful for what we’ve got at the moment and get outside and have a good breeze.

Darren: Yeah, definitely. Paul, I normally ask people what are the five key actions that listeners can take away today from our podcast, but it doesn’t really seem that appropriate today. So before we wrap it up, is there anything that you feel that I didn’t ask you that I should have asked which would benefit the listeners?

Paul: To be honest, I think we’ve talked about a lot of things: don’t over stretch your running but find a way through it. There might be new things you can learn, do a bit of deep breathing, find a meditational practice. Food is important; there’s a temptation to eat more when really we should probably be eating less and that will tax our bodies a bit less as well. It’s just the basic stuff. It’s probably a bit easier to do that now because there’s less… We’re not fractured by work demands or all the stuff. We have all this time and if we can really connect to those simple things, there’s a chance that we can come back stronger and more content into a glorious new dawn, hopefully, when this ends. There is opportunity here, it’s just being clear-eyed to see it. I don’t think there’s anything you haven’t asked me. It feels that we’ve just had a very time-specific Corona podcast special.

Darren: Absolutely. I think we’ve set the world to rise in a number of different ways.

Paul: And I really appreciate some of the advice you gave me as well around breathing and meditation stuff. I’m going to try and use that, so I really appreciate that.

Darren: Good stuff. All right, Paul, how can people connect with you? I know you’ve got the RunComPod.

Paul: RunComPod on the Twitter and I’m Paul Tonkinson on Twitter as well. My book, 26.2 Miles to Happiness is out on Amazon, there’s audiobooks as well which is doing very well, people listen to it while they run. There’s a lot of what we’ve been talking about there in that as well and there’s comedy memoire and bits and bobs so it’s a nice little mix and, as I say, people are responding to it. We have got time to read books at the moment.

Darren: No excuse! And listen to podcasts as well. Impressionnant. All right, Paul, thank you very much for your time today. Stay safe and I look forward to catching up with you again soon.

Paul: Absolutely. Restez en sécurité.

Darren: Thanks for listening to the Fitter Healthier Dad podcast. If you enjoyed today’s episode, please hit subscribe and I would really appreciate it if you could leave a review on iTunes. All the links mentioned in the episode will be in the show notes and a full transcription is over at FitterHealthierDad.com.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le site
www.fitterhealthierdad.com