Les huit clés du vrai succès et de l’épanouissement dans la vie


Ceci est un message d’invité de mon ami Justin Roethlingshoefer.

NEW YORK, NY 28 septembre 2020, 7h00

Bip. Bip. Bip.

Mon réveil sonne dans mon studio de l’ouest du village.

Putain, je suis en retard pour la boxe avec Justin. Qu’est-ce que ces gars de fitness qui veulent toujours s’entraîner tôt le matin au lieu de simplement prendre un putain de café?

Alors que j’étais un étudiant prototype vivant de la pizza en dollars, D’après ce que j’avais entendu parler de Justin, il ne pouvait pas être plus éloigné de ça.

L’un des avantages de vivre dans une grande ville comme New York est qu’elle abrite tant des meilleurs au monde. Mon déménagement à New York est la façon dont John et moi avons fini par nous connecter par exemple.

En règle générale, mes tentatives pour rencontrer des professionnels dans la région de New York se sont accompagnées du simple café / déjeuner / boissons. Réponse de Justin à mon invitation: “Est-ce que tu boxes?”

“Non.”

“Je vous apprendrai. Que diriez-vous de Fort Greene lundi matin? »

Je suis donc là, en train de déclencher une alarme pour prendre le métro jusqu’à Brooklyn pour aller boxer avec un entraîneur que je n’avais jamais rencontré auparavant. Heureusement, nous avons des amis communs dans le monde de l’entraînement de la LNH, où Justin a travaillé, et ils se sont tous garantis de sa santé mentale.

Justin est bien connu dans le monde de la formation à la performance pour la façon dont il examine les données et les analyses et les utilise pour améliorer les performances. Il a même co-écrit un livre sur le sujet.

Je m’attendais à me présenter à un entraînement de boxe avec un cyborg.

The Terminator: les nombreuses performances d'Arnold Schwarzenegger |  Repaire de geek

un peu comme ça.

«Le problème avec les données dans l’entraînement à la performance aujourd’hui, c’est que tout le monde adore en parler, mais personne ne les utilise pour aider les gens», a-t-il déclaré lorsque j’ai abordé le sujet.

«J’ai remarqué que c’était devenu une chose sympa de parler, c’est le genre d’articles que les autres coachs partagent mais que personne n’utilise réellement», ai-je répondu, faisant de mon mieux pour ajouter quelque chose à la discussion.

«Regardez, pour certains de mes clients de la LNH, je ne regarde que leur fréquence cardiaque et quelques autres paramètres. Et je suis censé être le spécialiste des données. »

De toute évidence, il n’écartait pas la valeur du suivi des données et des métriques, mais il était l’un des rares à avoir compris la situation dans son ensemble: qu’ils doivent être utilisés pour quelque chose.

Pendant qu’il m’enseignait les mouvements de base de la boxe, nous les avons entrecoupés de courses à pied et en bas des escaliers de Fort Greene. J’étais essoufflé.

“Hé, j’ai un client qui appelle dans sept minutes, retournons à mon appartement.”

Maintenant on court? Oh mec.

Ce qui m’impressionne le plus chez Justin, ce n’est pas sa connaissance de l’entraînement pour la santé et la performance – bien qu’il puisse programmer avec les meilleurs d’entre eux. C’est ainsi qu’il adopte une approche holistique de la formation et examine ce vraiment compte pour la personne que vous entraînez.

Après quelques séances de boxe semi-régulières, j’ai demandé à Justin s’il serait intéressé à écrire pour RFS. Et nous avons de la chance qu’il ait accepté. Au cours des prochains mois, vous entendrez régulièrement Justin, qui, dans ses premiers articles, plongera dans sa philosophie de coaching, et plus tard nous donnera un aperçu de l’une de ses forces: comment vraiment utiliser les données.

Je vais laisser Justin le prendre d’ici.

Entrez: Justin Roethlingshoefer

—————————————————————————————————————-

«Vous êtes trop gros pour faire du hockey une carrière.»

C’était la conversation que j’avais avec mon entraîneur, sur le banc, à la fin des entraînements. Je venais de faire partie d’Équipe Canada Ouest et nous étions sur le point de nous lancer dans une aventure en affrontant certains des meilleurs joueurs du monde. Cela me semblait à l’époque être un moment extrêmement important pour ma carrière de hockeyeur.

Il y avait juste une chose qui n’allait pas avec cette photo: j’avais 10 ans.

Maintenant j’étais un enfant potelé, mais en aucun cas je ne suggérerais d’avoir cette conversation avec un enfant de 10 ans, en particulier un avec TOC non diagnostiqué et TDA.

Je me suis assis sur le banc avec de la sueur dégoulinant de ma peau et trempé dans mon équipement de hockey. Je sentis mes muscles se tendre et mes mains s’agripper en un poing.

Cependant, à partir de ce moment, même à un si jeune âge, ce commentaire m’a motivé… tu n’es pas assez bon, tu es trop gros et tu ne peux pas faire quelque chose. Ces mots sont restés dans ma tête et m’ont conduit non seulement à devenir le joueur le plus en forme du hockey junior canadien et à me propulser vers une carrière d’entraîneur de performance au hockey collégial, professionnel et dans la LNH …

Mais d’abord, cela m’a conduit à l’hôpital.

Comme le ferait n’importe quel individu très performant, si on vous lance un défi, tout comme Barney Stinson, je dirais… DÉFI ACCEPTÉ.

Donc, à partir de ce jour-là, à 10 ans, en mission, j’ai voulu faire du hockey une carrière, oui. Mais cela a créé un désir (et une blessure) plus profond. Parce que ces mots m’ont envahi et que je ne laisserais jamais la forme physique, la nutrition ou mon niveau de résilience être remis en question.

Je suis allé voir des nutritionnistes, des iridologues, des tests ADN, des formateurs et des spécialistes. Oh, et encore une fois, j’avais maintenant 13 ans.

À ce moment-là, mon intérêt était devenu mon obsession et m’a conduit à un état d’anorexie et à un déséquilibre massif.

L’enfant de 147 livres à l’âge de 12 ans pesait maintenant 108 livres à 14 ans. Cette fixation et cette peur d’être «moyen» m’ont poussé à passer à l’action. Mais pas de manière saine. Bien qu’il puisse sembler que se faire crier dessus à l’âge de 10 ans était l’appel à l’aventure dans mon Le voyage du héros, cela a conduit à des actions malsaines façon sur le dessus.

La recherche d’identité et de but m’a poussé à aller si loin de l’autre côté du spectre qu’il était devenu mortel.

Malgré mes habitudes d’auto-sabotage, j’ai encore suffisamment progressé en tant que joueur de hockey pour être repêché au hockey junior majeur canadien et à 15 ans, je suis allé à mon premier camp de la Ligue de hockey de l’Ouest avec les Hurricanes de Lethbridge.

Dans le cadre du camp d’entraînement, nous avons eu une évaluation physique à la patinoire. Nous avons fait des tests de force, des tests de mobilité et d’autres bases. Nous avons également dû peser.

Je me suis donc présenté au centre d’entraînement et je me suis tenu dans mes nouveaux vêtements de sport d’équipe.

J’ai marché sur l’échelle et cet entraîneur de hockey chauve a regardé l’échelle. Puis reviens vers moi. Puis revenons à l’échelle. Puis revenons à moi. Puis il se tourna vers un autre entraîneur, et, cachant ses lèvres avec le presse-papiers, lui murmura quelque chose.

Ils ont honnêtement pensé que je leur faisais une blague et ont envoyé mon petit frère me peser.

Pendant que nous étions sur la glace, à cause de l’équipement et des patins, ils n’avaient pas vu à quoi je ressemblais vraiment jusqu’à ce moment. Inutile de dire que leur réponse n’était pas trop positive.

Comme un enfant à ce stade, tout ce que je savais, j’étais trop gros pour quelqu’un et trop maigre pour quelqu’un d’autre.

Peu importe ce que j’ai fait, ce n’était pas juste

Ce schéma se manifestait tout au long de ma vie: quand je cherchais à atteindre des objectifs d’acceptation des autres, peu importe le niveau auquel j’arrivais, je ne serais jamais heureux.

Je n’ai pas interprété ce que ces adultes me disaient car j’avais juste besoin de perdre un peu de graisse ou de prendre du poids. Plutôt, j’ai interprété cela ce que je faisais ne suffisait pas, et je devais aller complètement dans l’autre sens. La surcorrection est devenue un modèle.

Plus d’une décennie plus tard, ma motivation et mon éthique de travail pour en apprendre davantage sur le corps humain m’ont amené jusqu’à la LNH, où j’ai travaillé comme entraîneur de performance pour certains des meilleurs athlètes du monde.

En arrivant dans la LNH, ce que je pensais déjà être mon rêve, je me suis toujours soumis aux normes et aux attentes des autres. La direction, les joueurs, les autres entraîneurs me poussaient ou me tiraient toujours dans un sens ou dans un autre, tout comme les opinions des entraîneurs tiraient mon poids physique dans un sens ou dans l’autre.

Et, comme d’autres entraîneurs et entraîneurs de performance peuvent le savoir, le travail se déroule souvent du lever au coucher du soleil, répondant toujours aux besoins des autres. Être un entraîneur de performance aux plus hauts niveaux du sport professionnel peut sembler glamour, mais vous jouez toujours les jeux des autres.

Je n’étais pas différent de ce garçon de 10 ans.

Finalement, j’ai quitté la LNH.

Le jeu de hockey m’avait armé des compétences requises pour aider les autres à gagner leurs matchs, mais je n’avais toujours pas appris à égaliser jouer mien.

Après être parti, et je ne savais pas trop à qui ou à quel jeu jouer, j’ai déménagé à New York.

Je me suis assis sur le canapé à l’étroit contre le petit appartement d’une chambre de l’East Village et, en l’absence de personne pour qui se battre à part moi-même, j’ai réalisé Je n’avais personne d’autre à jouer que les miens.

J’ai repensé à l’endroit où je n’avais fait des choses que pour moi-même, du fait d’être nommé le joueur le plus en forme du hockey canadien à la rédaction de livres sur l’entraînement à la performance.

Ces choses que j’avais faites pour moi-même, pour mon propre jeu, ce n’est pas seulement là où j’ai eu le plus de succès, mais surtout, le plus d’épanouissement.

J’ai regardé quoi mon jeu ressemblait à. Mon jeu était d’être un expert dans l’utilisation d’une combinaison de physiologie, de psychologie et de technologie pour améliorer les meilleurs athlètes. Mais pas seulement mieux dans leur sport, mais mieux dans tous les domaines.

Donc, il y a quelques années, j’ai lancé une entreprise de coaching qui engloberait tout. C’était mon jeu. Être un «individu performant», quoi que cela signifie, ne consiste pas à être le mec le plus branlant, la personne la plus intelligente ou la personne la plus rapide de la pièce, bien que cela puisse être important.

Il s’agit d’intégrer ces attributs qui vous distinguent dans votre être entier. C’est mon jeu.

Mon entreprise de coaching, Posséder, repose sur l’intégration de toutes les parties de votre vie, ce que nous appelons les huit piliers.

-Bien-être

-Foi

-Des relations

-Carrière

-Soins auto-administrés

-La finance

-Réseau

-Héritage

Quand je jouais aux jeux des autres, ces huit piliers ne pouvaient pas être autonomes. Lorsque je l’ai écrasé dans ma carrière professionnelle, en faisant de la LNH, mon propre bien-être et mes relations en ont souffert.

Ce n’est que lorsque j’ai commencé à jouer à mon jeu où je pouvais avoir les huit piliers tenant la maison de mon bonheur.

Alors, je veux que vous vous demandiez si vous jouez aux jeux d’autres personnes ou votre Jeu. À quoi ressemble votre jeu?

Bien sûr, cela commence par améliorer votre sommeil, nutrition, programme d’exercice, supplémentation et récupération, mais cela va beaucoup plus loin que cela.

Que devez-vous changer dans votre vie pour vraiment jouer ton jeu?

Vous seul pouvez trouver cela par vous-même. En tant que coach, je ne le trouve pas pour les autres, je ne fais que faciliter la découverte et en nourrir le développement.

Pour en savoir plus sur la façon dont nous procédons à Posséder, vous pouvez Consultez notre site Web.

Comme David l’a dit, bien que le suivi des données soit une grande partie de ce que je fais et de la façon dont je fais passer les individus très performants au niveau supérieur, aucun de cela compte à moins que nous travaillions vers des objectifs valables où nous pouvons être heureux et épanouis.

A propos de l’auteur

Justin Roethlingshoefer est un entraîneur de haute performance et le fondateur de Own It. Grâce à Own It, il aide les entrepreneurs, les cadres et les athlètes d’élite à prendre le contrôle de leur santé et de leurs performances. Il est l’auteur de plusieurs livres dans l’espace Performance Training.





Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le blog
romanfitnesssystems.com