Ne blâmez pas l’ACLU pour les maux de Facebook


Illustration de l'article intitulé Ne blâmez pas l'ACLU pour les maux de Facebook

photo: Jason Kempin (Getty Images)

Plus tôt cette semaine, les spectateurs férus de technologie ont été complètement scandalisés lorsque un fil de tweet Ashkan Soltani, ancien directeur technique de la Federal Trade Commission, a commencé à être diffusé. Dans ce document, Soltani appelle l’Union américaine des libertés civiles pour avoir commis l’un des péchés cardinaux de la sphère de la confidentialité technologique: le partage de données avec Facebook.

Le long fil de discussion de Soltani appelle, entre autres, la mise à jour de l’ACLU politique de confidentialité, qui précise que l’organisation à but non lucratif des droits civiques partagera des détails sur les visiteurs de son site avec le géant de la technologie, une pratique qui “[flies] face au plaidoyer public et aux déclarations de l’organisation », comme il la caractérisait. Soltani souligne également que si l’ACLU n’a rendu public ses liens vers Facebook que ce mois-ci, l’organisation a dépensé des millions de dollars sur les publicités Facebook dans le passé.

«Bien que j’aie énormément de respect pour le travail @ACLU et d’autres ONG le font, il est important que les organisations à but non lucratif soient liées par les mêmes normes de confidentialité qu’elles adoptent pour tout le monde », a ajouté Soltani. En d’autres termes, c’est une organisation qui a fait travail incroyable prônant la confidentialité technologique pour le grand public. Pourquoi ne se tiennent-ils pas aussi responsables que les entreprises contre lesquelles ils se rallient?

Voici la chose cependant. Quand l’ACLU veut faire passer le mot lutter contre la suppression des électeurs ou plaider pour accès aux soins de santé trans dans votre pays d’origine, il est probable qu’ils auront besoin d’une sorte de publicité pour le faire. Bien que le porte-à-porte ait peut-être fonctionné dans le passé, le secteur sans but lucratif (comme tous les autres secteurs) est en grande partie changeante vers la publicité en ligne, ne serait-ce que parce que c’est là nous dépensons tous notre temps de nos jours. Et de plus en plus, faire de la publicité en ligne signifie faire de la publicité sur Facebook – ou bien.

C’est un argument qui a un sens sérieux d’une part, mais qui pue ce que j’appellerai affectueusement «M. Gotcha-ism. ” Même si vous ne connaissez pas M. Gotcha par son nom, vous avez presque certainement vu la bande dessinée 2016 par Matt Bors mettant en vedette une personne se plaignant des maux de la société – comme les fournisseurs d’Apple auraient pratiques de travail merdiques, ou des constructeurs automobiles carrément dangereux le design automobile – et le titulaire M. Gotcha rappelle aux gens que, eh bien, ils utilisent toujours des iPhones et conduisent toujours des voitures. La bande dessinée se termine le éternellement mémorisé image d’un homme déplorant que nous devrions essayer d’améliorer la société, tandis que M. Gotcha surgit (littéralement d’un puits) pour rappeler à l’homme qu’il est occupé à participer à ladite société.

Au cours des deux années où je me suis battu sur les publicités numériques pour gagner ma vie, j’ai été M. Gotcha’d plus de fois que je ne peux compter. Mes articles appelant Facebook politiques de confidentialité labyrinthiques recevez-moi des e-mails demandant pourquoi Gizmodo utilise Facebook comme l’un des nombreux outils d’analyse sur son site. Morceaux sur Google pratiques publicitaires invasives recevoir des e-mails demandant pourquoi nous utilisons Google pour diffuser certaines de nos annonces. Et des articles sur les publicités, en général, recueillir des commentaires après des commentaires demandant pourquoi nous avons des publicités sur notre site si nous les détestons autant. Ces commentateurs étaient si catégoriques que j’ai remarqué à quel point ils étaient intelligents et attentifs que j’ai fini par épingler un Tweet sur le thème de M. Gotcha sur mon compte Twitter. De retour dans l’ère pré-COVID, j’avais même un (légèrement modifié) Bande dessinée de M. Gotcha épinglé à ma cabine. J’étais engagé dans ce morceau.

Le fait est que la raison pour laquelle vous voyez Facebook vous suivre à peu près chaque site vous savez – quelle que soit l’éthique de celui qui les dirige – est en fin de compte dû au pouvoir de monopole. La raison pour laquelle de nombreuses marques finissent par se connecter à la machine publicitaire Facebook n’est pas parce qu’elles le veulent nécessairement, mais parce qu’ils avoir à.

Si vous cliquez sur le la plupart des annonces que l’ACLU a parcouru Facebook jusqu’à présent, peu d’entre eux demandent carrément des dons – du moins jusqu’à ce que vous cliquiez sur l’annonce et visitiez le site de l’organisation à but non lucratif. Une fois sur place, à peu près chaque page est annoncée par une bannière vous rappelant que «avec votre soutien, nous pouvons faire avancer la liberté», parallèlement à une demande de dons ponctuels ou mensuels.

Et tandis que l’ACLU a refusé de commenter la part de l’organisation dons de plusieurs millions de dollars ont été recueillis avec l’aide de la machine publicitaire de Facebook, un Analyse 2020 du cabinet de conseil à but non lucratif M + R offre quelques indices. Dans ce document, ils ont décrit que tout au long de 2019, les organisations à but non lucratif dans tous les domaines recevaient 3,5% de tous les revenus en ligne via Facebook, la plupart provenant de Facebook décrié outil de collecte de fonds, et une partie provenant de publicités ciblées. Pendant ce temps, la même analyse a révélé que presque tous les organismes sans but lucratif dépensaient jusqu’à la moitié de leur budget pour faire de la publicité sur les plateformes de médias sociaux, par opposition à la recherche Google. Et plus une organisation à but non lucratif est petite, plus son budget est transféré sur ces mêmes plates-formes, les plus petits noms y dépensant plus de 96% de leur budget.

Les annonceurs derrière les principales pages jetteront régulièrement sur Facebook peu intuitif et cassé les outils adtech en un seul souffle tout en reconnaissant dans le suivant qu’ils ne peuvent tout simplement pas quitter la plate-forme. Même avec 5 millions de dollars de dépenses publicitaires, l’ACLU est toujours l’un des plus petits annonceurs de Facebook – un groupe qui a déclaré collectivement dans le passé que la plate-forme était juste “trop précieux” quitter. Même lorsque les grandes marques disent qu’elles quittent Facebook pendant un certain temps, cela signifie généralement qu’elles ne font que quitter un ou deux Propriétés Facebook, tout en canalisant ces dépenses publicitaires ailleurs sur l’écosystème de Facebook. Mettre vos dollars publicitaires sur la plate-forme ne consiste pas à approuver le merde que Facebook tire régulièrement. Pour les organisations à but non lucratif, en particulier, c’est une question de survie.

En fin de compte, la question de savoir «pourquoi l’ACLU utilise Facebook pour faire de la publicité» est celle qui ouvre une boîte entièrement nouvelle de vers à laquelle personne ne semble tout à fait prêt à répondre. Si les publicités de Facebook ne sont pas diffusées, pourquoi l’entreprise, avec Google, continue-t-elle de contrôler jusqu’à 60% des dollars publicitaires dépensés en ligne? Pourquoi les annonceurs refusent-ils de partir, même si l’entreprise a été surprise à mentir? encore et encore sur l’efficacité réelle de leurs publicités?

En fin de compte, la réponse se résume à la concurrence. Alors que la FTC, ainsi que des dizaines de procureurs généraux, a lancé une enquête dans Facebook s’engageant dans des pratiques monopolistiques à la fin de 2020, il semble que les gens ne semblent pas comprendre exactement quelle Facebook est monopolisé ici. Pour la plupart d’entre nous, ce sont les globes oculaires et l’attention. Pour les organismes sans but lucratif, à but lucratif et pour tout le monde, c’est parfois chaque dollar qu’ils dépensent.

.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le sitegizmodo.com