Comment la théorie de l’autodétermination peut aider les parents à élever des enfants indépendants


Élever des enfants nécessite un équilibre entre l’indépendance d’un enfant et le contrôle d’un parent. Et cet équilibre peut être difficile à trouver pour les parents. Après tout, le contrôle sous forme de discipline sévère, d’ultimatums, de cris ou de coercition semble souvent être le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur apprendre à être de bonnes personnes. Mais un enfant qui est forcé de se comporter n’est pas un enfant indépendant et autodéterminé. Alors, comment élever un enfant qui sera autonome et lui facilitera la vie en réduisant le fardeau des soins ? C’est une énigme qui pourrait être mieux résolue par la théorie de l’autodétermination.

Qu’est-ce que la théorie de l’autodétermination

Initié à la psychologie dans les années 1980 par Edward L. Deci et Richard Ryan, la théorie de l’autodétermination (ou SDT) suggère que les gens obtiennent de meilleurs résultats lorsque trois besoins fondamentaux sont satisfaits : ils ressentent un sentiment d’autonomie, font l’expérience de la maîtrise et de la compétence et ressentent une véritable connexion avec les autres. Et la recherche semble suggérer que c’est aussi vrai pour les adultes que pour les enfants.

« SDT propose que lorsque les enfants comprennent pourquoi quelque chose est important, ils se sentent autonomes », explique Dr Geneviève Mageau, chercheur et professeur de psychologie à l’Université de Montréal. “Ils peuvent agir dans un environnement structuré et se sentir complètement autonomes s’ils sont d’accord avec les règles et la structure.”

Il est important de noter que SDT affirme que les parents sont contre-productifs lorsqu’ils tentent de forcer un enfant à comprendre en utilisant des méthodes de contrôle telles que la punition, les récompenses, les cris ou la coercition. « Les comportements de contrôle ne fonctionnent tout simplement pas pour l’intériorisation des valeurs », dit Mageau. « Lorsqu’ils se sentent contrôlés, les enfants résistent ou se soumettent. Mais ils ne prennent pas nécessairement le temps de se demander si ce qu’ils font est important.

La science de la parentalité avec soutien à l’autonomie

Des recherches montrent que lorsque les parents prennent le temps de soutenir l’autonomie de leur enfant, ces derniers réussissent mieux. En 2007, par exemple, une étude collaborative entre des chercheurs de l’Université chinoise de Hong Kong et de l’Université de l’Illinois ont examiné les résultats psychologiques et académiques par rapport à l’autonomie soutenant la parentalité. Les chercheurs ont suivi 806 élèves de septième année chinois et américains pendant 6 mois, mesurant les niveaux autodéclarés de soutien ou de contrôle de l’autonomie de la part des parents, ainsi que le sentiment de santé émotionnelle et de réussite scolaire des enfants. Les notes ont également été mesurées.

Les chercheurs ont constaté que les rapports de moins de contrôle et de plus de soutien de l’autonomie des parents étaient fortement corrélés avec de meilleurs résultats scolaires. Mais pas seulement cela, ces enfants ont connu des niveaux accrus de bien-être émotionnel et mental.

Un plus récent méta-analyse publiée en 2015 par des chercheurs de l’Université du Texas Austin a examiné 36 études liées aux enfants et à la théorie de l’autodétermination. Les chercheurs ont écrit qu’ils avaient en fait trouvé une corrélation entre le soutien à l’autonomie et des résultats positifs dans la réussite scolaire. Mais ils ont également noté que des résultats positifs ont été observés dans des domaines connexes, notamment « la motivation autonome, la santé psychologique, la compétence perçue, le contrôle perçu, l’engagement et l’effort, les attitudes envers l’école, l’autorégulation et le fonctionnement exécutif ».

Mageau note que bien que ces études montrent la promesse du TSD, il existe également de nombreuses recherches qui montrent que les méthodes typiques de discipline parentale et de modification du comportement sont contre-productives. « Menacer des enfants, punir, inciter à la culpabilité. Tous ces comportements ont été liés à des résultats négatifs, à plusieurs reprises », explique-t-elle. “Ce que SDT fait, c’est montrer que tout être humain qui se sent contrôlé n’aura pas de résultats positifs par rapport au moment où nous soutenons son autonomie.”

Comment élever des enfants autonomes via la théorie de l’autodétermination

La principale leçon que SDT offre aux parents est de renoncer à un peu de contrôle. Mais cela ne signifie pas une parentalité complète, sans intervention et en libre-service. Renoncer au contrôle consiste davantage à trouver de nouvelles stratégies qui aident un enfant à comprendre pourquoi il est important d’agir de la manière que les parents souhaitent qu’il agisse.

«Quand les gens entendent qu’un parent soutient l’autonomie de leur enfant, les gens supposent qu’ils laissent simplement leur enfant faire ce qu’ils veulent», dit Mageau. « Lorsque vous encouragez l’autonomie, vous ne laissez pas votre enfant faire ce qu’il veut, mais vous êtes empathique. Vous respectez qui est l’enfant. Vous voyez l’enfant comme un individu complet. Et tout le monde ne fait pas ça. »

Le mot clé, alors, est « soutien ». Par définition, soutenir signifie faire juste assez pour aider. Et SDT propose qu’il existe un niveau de support Goldilocks – ni trop, ni trop peu. Le but ultime du soutien est d’aider un enfant à se sentir compétent. Cela ne peut être réalisé que lorsque les enfants sont mis au défi et surmontent le défi.

Un enfant confronté à une tâche trop difficile – qu’il ne peut finalement pas accomplir seul – abandonnera probablement, se sentant incompétent. D’un autre côté, un enfant qui se voit confier des tâches trop faciles ou qui n’est pas autorisé à essayer des tâches par lui-même ne se sentira jamais assez défié pour ressentir un sentiment de compétence.

Concrètement, c’est comme aider un enfant à faire ses devoirs : faites-le lutter tout seul, avec des problèmes qu’il ne comprend pas, et il deviendra frustré et plein de ressentiment. Faites leurs devoirs pour eux et ils n’apprennent pas et ne ressentent jamais un sentiment de maîtrise. Mais restez à leurs côtés et répondez aux questions qu’ils pourraient avoir, et les enfants peuvent trouver des solutions avec le soutien des parents et se sentir capables, connectés et compétents.

Les parents doivent s’entraîner pour découvrir où se trouve le point idéal de soutien. Évidemment, ce sera différent pour chaque enfant. Mais pour de nombreux parents, contrôler des comportements comme la coercition, les cris, les punitions ou même les récompenses peut sembler plus facile que de trouver le bon niveau de soutien pour leur enfant.

«Ce qui est très difficile, c’est que pour les parents, il peut être agréable de contrôler lorsque vous êtes stressé. Mais vous n’obtenez pas le résultat que vous êtes censé obtenir. Mageau explique. Parce que même si amener un enfant à faire ce que vous voulez qu’il fasse sur le moment peut sembler utile, les résultats à long terme peuvent être inattendus.

« En ce moment, vous voulez qu’ils vous obéissent automatiquement parce que c’est plus simple et plus facile et cela vous rassure », dit Mageau. « Mais quand ils grandissent et interagissent avec d’autres personnes, voulez-vous qu’ils obéissent à ces personnes autant qu’ils vous ont obéi ? Voulez-vous qu’ils aient des valeurs intériorisées ou qu’ils suivent d’autres personnes. Voulez-vous qu’ils se comportent et fassent leur travail même si vous n’êtes pas là pour les contrôler ? »

Commencez par l’empathie

Les parents peuvent jeter les bases d’un soutien à l’autonomie en augmentant l’empathie pour leur enfant. Essayer de comprendre le point de vue d’un enfant, plutôt que d’ignorer ses sentiments, peut aider les parents à découvrir des obstacles empêchant les enfants de comprendre les raisons qui sous-tendent les attentes. Armés d’informations, les parents peuvent aider les enfants à faire face à leurs sentiments ou à restructurer les attentes afin qu’ils fonctionnent mieux pour tout le monde.

Donc, comprendre qu’un enfant ne reste pas au lit parce qu’il a peur, signifie qu’un parent peut aider son enfant à faire face à la peur et à comprendre qu’il est en sécurité. Savoir qu’un enfant agit parce qu’il se sent seul et invisible signifie que les parents peuvent travailler pour restructurer la vie familiale afin que les enfants soient plus impliqués.

En fin de compte, l’enfant qui ne peut pas rester au lit peut avoir besoin d’autonomie soutenue en ayant le choix entre la veilleuse ou le rituel du coucher. L’enfant qui passe à l’acte peut avoir besoin d’une tâche à accomplir avec ses parents qui l’aidera à se sentir capable et connecté.

Et au centre de toutes ces interactions, Mageau suggère aux parents de garder en tête une question importante : « Est-ce que j’aide mon enfant à développer ses compétences et à apprendre les valeurs dont il va avoir besoin pour s’adapter au monde social ?

L’utilisation de SDT pour guider la parentalité peut sembler difficile, mais c’est assez simple. Lorsque les parents aiment leurs enfants, établissent des limites fondées sur des valeurs et respectent le point de vue et les capacités de leurs enfants, les enfants peuvent développer leur autonomie.

Cependant, abandonner le contrôle n’est pas chose facile. Cela demande de la pratique et de la confiance dans les résultats à long terme. Les parents ne peuvent pas s’attendre à changer leur propre comportement du jour au lendemain. C’est un processus. Mais il y a une étape essentielle pour commencer le voyage pour soutenir l’autonomie de votre enfant, en particulier lorsqu’il s’attaque à une tâche difficile.

« Il suffit de reconnaître que les choses sont difficiles », dit Mageau. “Ça fait du bien.”



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le sitewww.fatherly.com