Assurer le succès au travail et dans la vie


Faits saillants de l’épisode

0:02:48 – Expérience et parcours de Greg de la réalisation de films à la gestion des risques

0:05:14 – Plus d’informations sur le parcours de Greg alors qu’il parle de perte personnelle et d’adversité

0:11:32 – Pourquoi il a fait un autre pivot dans la quarantaine

0:14:40 – Comment définissez-vous le succès?

0:18:44 – Assurer le succès et réussir en santé

0:24:35 – Vous ne pouvez pas le redline tous les jours et vous attendre à “ne pas faire exploser” votre moteur

0:27:27 – Comment est né ROW Studios

0:34:54 – Contrôlez ce que vous pouvez contrôler et trouvez le bon équilibre entre le travail et la vie

0:42:12 – Qu’est-ce qui distingue le succès?

0:48:29 – Vous gagnez le jeu en fonction de votre préparation

0:51:55 – Cinq actions clés pour vous aider à réussir au travail et dans la vie

1:01:38 – Il est difficile de réussir sans le soutien de sa famille et de ses proches

Liens

Transcription

Bienvenue dans le podcast Fitter Healthier Dad où vous pouvez apprendre à améliorer votre alimentation, perdre du gras et devenir en forme de manière durable et amusante, sans passer des heures dans la salle de sport. Voici votre hôte, Darren Kirby.

Darren: Bienvenue de nouveau au podcast, les gars. Il s’agit du podcast n ° 1 pour les papas dans la quarantaine qui souhaitent améliorer leur santé. Il s’agit de l’épisode 35 et dans l’émission d’aujourd’hui, nous sommes rejoints par Greg Scheinman du podcast Midlife Male. Greg a eu un pivot au début de la quarantaine et a retrouvé la santé pour devenir un athlète de haut niveau et une transition de preneur de risque à gestionnaire de risque, devenant un producteur de plusieurs millions de dollars et partenaire d’Insgroup, l’une des plus grandes sociétés d’assurance indépendantes aux États-Unis. La méthodologie de Greg concernant le travail et la vie est simple: entourez-vous des personnes et des idées que vous aimez, apportant passion, authenticité, humilité et expérience à tout ce que vous faites. Salut, Greg, merci de me rejoindre dans l’émission aujourd’hui.

Greg: Hé, Darren, c’est génial d’être ici. Merci beaucoup. Je suis surexcité.

Darren: Oui, merci de m’avoir rejoint. Je sais qu’il est tôt le matin, n’est-ce pas? Est-ce très tôt?

Greg: Il est 9 heures du matin ici à Houston, au Texas. Je ne sais pas quand vous prévoyez de diffuser la série, mais comme vous les gars là-bas, je suis sûr, nous avons tous affaire aux effets en ce moment dans le paysage en constante évolution de ce Coronavirus. Je suis donc très tôt dans mon bureau et je m’occupe des clients et de ce qui se passe et change à chaque instant.

Darren: Oui, c’est fou, n’est-ce pas, qu’est-ce qui se passe? Hier soir, j’ai écouté quelque chose sur Joe Rogan, un médecin qui a étudié ce virus. Cela ne veut pas créer plus d’hystérie pour les auditeurs qui vont écouter ça parce que ça va sortir dans deux semaines, mais il pense que c’est quelque chose qui va être avec nous pendant quelques mois.

Greg: (Vous vous êtes interrompu une seconde.) Je pense vraiment que les effets de ruissellement de cela se feront sentir pendant une très longue période de temps.

Darren: Ouais, 100%. Je pense que ça ne fait que commencer maintenant et comme vous l’avez dit, ça change constamment, d’instant en instant. Mais, évidemment, nous ne sommes pas ici pour en parler aujourd’hui. Nous sommes ici pour parler de la santé, de la forme physique et de la nutrition des hommes. Avant de commencer la conversation, Greg, ce serait vraiment génial pour moi et les auditeurs si vous pouviez nous donner un aperçu de vous et de votre voyage vers où vous en êtes aujourd’hui.

Greg: Sûr. D’abord et avant tout, j’ai 47 ans, marié à ma merveilleuse épouse, Kate, 19 ans à ce stade, ensemble 24. Nous avons deux garçons incroyables qui ont 16 et 13 ans, Auden et Harper; salut les gars! Et c’est la chose la plus importante pour moi, c’est la famille. Je suis né et j’ai grandi à New York, je suis allé à l’université de l’Université du Michigan, je suis sorti de l’école en pensant que je voulais faire du divertissement et cela pendant plusieurs années. À commencer par Miramax Films, produisant moi-même quelques films indépendants et finalement une société de vidéos sportives appelée Team Baby Entertainment. Après avoir vendu cette entreprise, je suis passé du preneur de risque et de l’entrepreneur au gestionnaire du risque et je me suis impliqué dans la gestion des risques et l’assurance et en investissant dans une entreprise ici à Houston.

Maintenant, je peux représenter les types d’entrepreneurs et de preneurs de risques dans les domaines de la santé et de la forme physique et du divertissement et de l’hôtellerie et des produits de consommation, toutes les choses dans lesquelles je suis – travailler avec eux et les représenter sous un angle différent. Et ce fut un voyage vraiment intéressant de combiner en quelque sorte mes passions personnelles avec une expérience et une expertise professionnelles. Il a fallu un certain temps pour comprendre cela, j’apprends toujours au fur et à mesure, mais comme vous l’avez dit, c’est un voyage et un apprentissage tous les jours.

Darren: Ouais, comme tu dis, ça sonne un peu cliché mais c’est un voyage. Je pense que pour moi personnellement, être capable de faire quelque chose qui vous passionne énormément sur le plan personnel, mais ensuite combiner cela dans votre carrière, dans votre entreprise, est une chose que je ne pense pas que beaucoup de gens soient capables de réaliser, donc le fait que vous ayez pu y parvenir est extrêmement impressionnant et j’ai une énorme admiration pour cela. Mais vous avez fait un voyage assez varié, n’est-ce pas, jusqu’à l’endroit où vous vous trouvez maintenant?

Greg: Absolument. Je ne sais pas si le voyage ou la trajectoire de quelqu’un va en ligne droite parfaitement droite. Je veux dire, j’espère que c’est le cas pour certains, ce serait génial. Mais pour moi, ça a été une route très rocailleuse, de haut en bas, commençant même à l’adolescence. Tout dans la vie se passait très bien dans ma vie personnelle et familiale et dans mon adolescence. Mon père est tombé malade du cancer quand j’avais 15 ans et est finalement décédé quand j’avais 17 ans et je suis juste parti à l’université et cette expérience traumatisante avec deux frères plus jeunes et les effets que cela a eu sur ma famille ont beaucoup déraillé. Jusque-là, nous n’avions eu aucune adversité.

Pendant une longue période, je me suis senti très sans gouvernail: je n’avais pas de mentor, je n’avais pas ce système de soutien, il n’y avait pas d’entreprise familiale, si vous voulez, pour vous lancer. Tout d’un coup, alors que cela ouvrait de nombreuses opportunités, ce qui signifie, d’accord, je suppose que je pouvais tout faire et aller dans n’importe quelle direction en ce moment, ce qui a également créé beaucoup d’incertitude et de mauvaise orientation pour moi. Essayer de comprendre comment naviguer dans ma vie et où je voulais aller et ce que je voulais faire et j’ai finalement essayé un certain nombre de choses différentes. Sain, malsain, réussi, échoué, tout cela.

Darren: Heureusement, je n’ai pas été dans cette position, mais, inconsciemment, je pense, notre étoile directrice, en particulier avec les hommes et les gars, notre père est notre étoile directrice, n’est-ce pas? Lorsque nous essayons de comprendre ce que nous voulons faire dans la vie ou où nous voulons aller, nous réfléchissons en quelque sorte au chemin que notre père a emprunté. Et donc pour vous, je peux comprendre ce que vous dites dans le sens où vous vous sentiez un peu sans direction, non? Vous étiez au point de départ de votre vie d’adulte, mais vous n’aviez aucun type de panneau indiquant où vous pourriez potentiellement aller.

Greg: Oui, c’est absolument vrai. Pour moi en particulier, j’étais très, très proche de mon père, il était certainement mon héros, je le regardais plus que quiconque. Il était un homme self-made qui n’a pas obtenu son diplôme universitaire lui-même, mais a continué à réussir en affaires et en famille avec succès et philanthropiquement et dans la communauté et était un homme très apprécié, et a une grande mémoire et héritage à cause de ça. Alors oui, perdre cela a eu un effet profond sur moi.

Et comme je vieillis… j’ai 47 ans maintenant – c’est le même âge que mon père avait quand il est décédé. Je l’ai toujours considéré comme: “Puis-je arriver à cette heure?” et “Comment vais-je arriver à cette heure?” Et quoi que ce soit au-delà de cette période est vraiment une bénédiction et un bonus et comment puis-je en profiter de la manière la plus positive de ma vie et avec ma propre famille maintenant? Et je vais vous dire, Darren, de ne pas vous éloigner, ce n’était pas toujours le cas. J’ai vécu de nombreuses années de façon très imprudente après son décès et je dirais d’une manière spectaculairement malsaine.

Darren: C’est intéressant. C’est presque comme, je suppose, à certains égards, vous vous rebelliez ou peut-être simplement très en colère contre ce qui s’est passé dans la vie. Et donc vous avez décidé: “Eh bien, je vais tout faire.” Et c’est presque comme une forme d’automutilation, n’est-ce pas? C’est comme, “D’accord, cela m’est arrivé. Je suis vraiment ennuyé à ce sujet (pour le dire clairement) et je vais juste sortir et voir ce que je peux vraiment me jeter comme punition. “

Greg: Oui, je pense qu’il y a deux façons de procéder. Il y a probablement plus, mais les deux façons auxquelles je peux penser sont: comme vous l’avez dit, vous pouvez être téméraire, malsain, faire preuve de prudence face au vent et dire: «Écoutez, rien d’autre ne peut me blesser ou m’endommager pire que cela. Je vais juste faire tout ce que je veux en ce moment. Parce que la vie peut se terminer en un instant et je souffre et je ne sais pas… “Ou vous pouvez aller dans le sens inverse, qui est,” D’accord, il est décédé, il a souffert d’un cancer, il a fumé. Il y a eu des décisions et des choix qu’il a faits qui n’étaient pas bons pour sa longévité, évidemment. » Et je peux dire: «Écoutez, je ne vais pas répéter cela et je vais vivre plus sainement, je vais être plus intelligent, je vais vivre ma vie pleinement, mais je vais le faire de manière durable, saine et basée sur la longévité. » Je pense que ce sont les deux façons dont vous pouvez aller et lorsque vous avez un peu de TDA ou de trouble obsessionnel compulsif ou que vous êtes de type A, quelle que soit l’une de ces deux directions que vous allez, vous allez en quelque sorte à fond.

Darren: Ouais, je peux certainement m’identifier à ça. Et cela m’amène très bien à l’une des questions que je voulais vous poser. Parce que vous dites qu’à nouveau dans la quarantaine, vous avez eu un autre type de pivot. Qu’est-ce qui vous a poussé dans la quarantaine à avoir un autre pivot? Vraisemblablement, vous aviez traversé votre début des années 20, vous y étiez vraiment allé, comme nous venons de le dire, d’une ou deux façons et vous avez évidemment choisi la voie de la fête ou autre chose. Et puis dans les années 40, vous avez de nouveau pivoté – quelle en était la raison? Êtes-vous capable de partager le pivot dans la quarantaine? Parce que c’est quelque chose qui m’intéresse vraiment.

Greg: Ouais, 100% pour cent. Une grande question. Le pivot dans ma quarantaine était vraiment une corrélation directe avec le fait de ne pas être personnellement heureux et satisfait et d’échouer, très franchement, dans une entreprise. Dans une certaine mesure, ce fut un échec réussi. J’avais une entreprise appelée Team Baby Entertainment après la naissance de notre premier fils et nous créons des vidéos de sport pour les enfants. L’entreprise a explosé, c’est devenu un grand succès et j’étais sur CNBC et le Home Shopping Network et je suis passé de la vente de ces DVD du coffre de ma voiture à être dans des milliers de détaillants à travers le pays et à avoir un partenaire de très haut niveau dans Michael Eisner, l’ancien PDG de Disney. C’était donc l’histoire entrepreneuriale, l’histoire de Shark Tank avant l’heure.

Et je me souviens de cela comme si c’était hier, comme si c’était hier. L’entreprise a eu cette trajectoire explosive et puis presque du jour au lendemain, le marché du DVD est allé vers le sud. Les détaillants ont commencé à fermer aux États-Unis – Best Buy, Circuit City – je ne sais pas si vous les aviez où vous êtes. De nombreuses librairies ont commencé à fermer, les divertissements sont devenus beaucoup plus diffusés et en ligne et les pédiatres disaient aux parents de ne pas laisser leurs enfants regarder la télévision. Et je me souviens avoir vu notre évaluation échouer et baisser et mon partenaire de haut niveau a dit: «Nous avons terminé. Nous avons échoué. Je ne finance plus cela. “

Et c’est à ce moment-là que j’ai été à nouveau sans emploi, les gens du public me connaissaient comme ce succès dans cette entreprise, mon identité était mise à l’épreuve et j’étais mécontent. Et j’ai commencé à chercher un plus grand plaisir ou un meilleur épanouissement ou une sorte de repentir moi-même et je dis que je ne veux pas nécessairement être connu par quelqu’un d’autre et je veux trouver quelque chose de plus épanouissant et durable et peut-être pas tellement lié au reflux et flux de choses totalement hors de mon contrôle.

Darren: Avant cela, avec l’évolution du marché et, évidemment, la faillite de l’entreprise, quelle était votre définition du succès? Parce que je pense, et je ne parlerai que de mes expériences personnelles… Quand je travaillais dans la finance et dans le monde des hedge funds, ma définition du succès était matérialiste et monétaire. Il serait donc intéressant d’entendre vos pensées.

Greg: Ouais, une autre grande question. J’ai grandi avec de l’argent, j’ai donc une relation intéressante avec l’argent et les finances et la définition du succès. J’ai grandi avec de l’argent dans notre famille et d’une manière qui ne réalisait pas à quel point nous avions réussi et à quel point, et tout le monde autour de nous en avait aussi. Je suis fermement convaincu que l’argent n’achète pas le bonheur, mais je suis aussi convaincu que l’argent vous offre des opportunités et des débouchés pour être plus heureux d’une certaine manière. Cela ne vous rendra pas heureux, mais les expériences que vous offrent les moyens et les ressources sont une chose merveilleuse. Je ne suis donc certainement pas contre l’argent ou un minimaliste de quelque manière que ce soit, forme ou forme. Nous vivons une vie très, très agréable et, heureusement, je gagne très bien ma vie. Cependant, ce n’est pas le moteur de mon bonheur et je dirais que je suis beaucoup moins matérialiste et motivé par la possession ou que je suis «en phase avec le genre de conduite des Jones» que je ne l’étais auparavant.

Encore une fois, en ce moment, il s’agit beaucoup plus d’expériences que j’ai vécues. Si je peux maudire un peu la série, si ça va, je dis toujours que je veux juste avoir un peu de f ** k ton argent pour pouvoir juste prendre les décisions que je veux faire et les choix Je veux faire et faire les choses que je veux faire pour ma famille. Mais je me fiche vraiment d’avoir la plus grande maison du quartier ou la voiture la plus chic ou … Et je ne porte même pas de montre aujourd’hui. Par exemple, j’ai certains de ces trucs mais ça ne veut vraiment rien dire pour moi.

Darren: Je suis entièrement d’accord avec ce que vous dites du point de vue de, oui, vous voulez avoir la possibilité de pouvoir donner à votre famille des expériences, mais il s’agit plus d’avoir votre famille et d’avoir ces expériences avec votre famille que cela c’est l’argent. La façon dont j’aime le voir maintenant, c’est que l’argent n’est qu’un véhicule. Pour moi, l’argent n’est qu’une voiture, non? Et donc, en utilisant l’analogie du Royaume-Uni, vous pouvez avoir une Ford qui vous amène de A à B et cela pourrait vous y amener sur une route cahoteuse, ou vous pouvez avoir (à défaut d’une meilleure) une Mercedes qui vous y amène de manière beaucoup plus fluide et beaucoup plus facile. Et c’est comme ça que je le vois.

Greg: Je suis d’accord avec vous à 100%. C’est ironique en ce que je travaille avec des individus très, très riches, des individus fortunés, des familles, des family offices, des entrepreneurs, ces entreprises, ces marques et ces modes de vie que mes clients dirigent, et je m’identifie à cela. Encore une fois, j’ai été élevé de façon similaire, donc je le comprends, je suppose, et je suis à l’aise dans ce monde. Mais pour moi, c’est plutôt les expériences que nous partageons, les individus, les gens, les entreprises, les marques, l’aspect familial, d’une qualité de vie et d’une qualité de relation. Les autres accessoires sont merveilleux, mais si vous n’êtes pas heureux et authentique dans ce que vous faites, cela ne fera pas la différence, si cela a du sens.

Darren: Ouais, 100%. Je suis d’accord. Votre devise personnelle est donc Assurer le succès, ce à quoi la majorité d’entre nous aspirons. Mais que diriez-vous, spécifiquement autour de la santé… Quelles seraient selon vous les clés du succès en santé? Comment définissez-vous cela?

Greg: Premièrement, je ne peux pas prendre le crédit pour la devise. Je ne sais même pas exactement qui au sein de notre entreprise l’a créé, car c’est une devise à l’échelle de l’entreprise que j’ai adoptée personnellement et professionnellement parce que je pense que cela illustre la manière dont j’essaie de vivre et de performer dans tous les aspects. Mais pensez-y dans un aspect de risque, dans un aspect d’atténuation du risque. Vous savez, la santé est la chose la plus importante que nous ayons. Si vous êtes en mauvaise santé ou par définition si vous ne pouvez pas jouer, vous êtes inapte. Donc tout commence et s’arrête avec la santé.

Et je ne veux pas dire que vous devez être un athlète de niveau élite, que vous devez être déséquilibré à 100% avec votre concentration sur la santé et le bien-être pour pouvoir performer dans la vie à un niveau élevé. Je pense que c’est une question de durabilité et de longévité, de discipline et de cohérence et de maintien de la concentration sur votre santé et votre bien-être – et j’inclus cela mental aussi bien que physique – afin que vous puissiez bien performer dans tous les autres aspects de ta vie. Je me réfère en quelque sorte à la manière de poursuivre le bien-être de la vie totale. Que pouvons-nous faire pour avoir un bien-être total dans notre vie? Et c’est cet équilibre entre santé, forme physique, nutrition, finances, famille, philanthropie, foi pour certains plus que pour d’autres.

L’équilibre, je pense, est un terme surutilisé à ce stade, mais dans une certaine mesure, être un homme équilibré. Et pour certains, cela pourrait signifier 20% dans un sens et 30 ou 40 ou 50 dans un autre – comment ils équilibrent leur type de camembert. Mais pour moi, j’essaie de garder cette tarte assez petite et assez concentrée sur quelques domaines clés qui pour moi sont: la forme physique, la famille, les finances en ce qui concerne ma carrière et les amis, dans lesquels je mets tous mes clients et amitiés et relations cette catégorie aussi.

Darren: Ouais. Je pense qu’il est intéressant de voir comment ce que j’appelle le marché du fitness et de la santé va évoluer. Parce que je pense que ça devient beaucoup plus complet maintenant. Ce que je veux dire par là, c’est quelque chose que vous venez de dire ici, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas seulement de vous écraser au gymnase, ce n’est pas seulement d’avoir un smoothie vert; il s’agit de savoir comment nous pouvons, au quotidien, maintenir notre santé globale. Et je pense que l’un des éléments clés pour moi maintenant est en fait la maintenance. L’analogie que j’aime utiliser, Greg, est que nous entretenons régulièrement nos voitures. Notre voiture va au garage, vous obtenez le service et tout le reste. Combien de fois en tant que papas, en tant qu’hommes, faisons-nous cela pour nous-mêmes? Et je dirais à peu près la majorité des gens, pas du tout jusqu’à ce qu’ils aient un problème.

Greg: Oui je suis d’accord avec toi. Je pense que sur le plan sociétal, nous avons tendance à être beaucoup plus réactifs que proactifs et je le constate dans mon entreprise aussi tous les jours. La nature de l’assurance doit être proactive contre la perte potentielle. La nature de ce dont vous parlez avec la maintenance est que si vous vous mettez sur la bonne voie et que vous faites les bonnes choses de manière proactive, la maintenance préventive est pour vous empêcher d’avoir un problème, un problème de santé en cours de route. Maintenant, nous ne pouvons pas tout atténuer ou tout éliminer, mais nous pouvons certainement mettre toutes les chances de notre côté en faisant cela. Et l’analogie que vous utilisez avec une voiture est fantastique, mais d’un point de vue de l’exercice et de la santé et de la forme physique, si vous pouvez vous mettre sur un programme simple mais efficace, une fois que vous êtes sur ce programme, il s’agit vraiment plus de maintenance tout le temps.

Je fais en sorte que les gens supposent, je pense que les gens font beaucoup d’hypothèses incorrectes, soyez prudent avec ça… Cela, oh, vous devez travailler deux heures par jour tous les jours et faire toutes ces choses. Ce n’est pas le cas. Ce n’est peut-être pas le cas pour vous, Darren, même avec toutes les réalisations que vous avez, et cela peut être différent lorsque vous vous entraînez pour un grand événement. Mais par exemple, je m’entraîne, je pense de manière efficace et efficiente, depuis très longtemps maintenant. 15 à 20 ans au total, c’est donc beaucoup plus pour moi à propos de la maintenance. Oui, je pousse fort, mais je prends beaucoup plus de temps libre. Mes séances d’entraînement sont plus courtes qu’elles ne l’ont jamais été, ma récupération est plus longue qu’elle ne l’a jamais été, ma récupération active et mes jours de congé sont plus importants qu’ils ne l’ont jamais été car je suis devenu plus âgé et adapté, mais cette fondation est Là. Vous savez, les soins et l’entretien à long terme que je fais permettent cela maintenant.

Darren: Ouais. Et c’est vraiment la clé et quelque chose que la science a prouvé et de plus en plus de recherches en sortent. Les gains réels que vous obtenez proviennent de la récupération, du reste et de la récupération après votre forme physique. Alors oui, je suis entièrement d’accord avec ça.

Greg: Vous savez, il y a une chose qui me vient à l’esprit. Il y a un gentleman qui fait un super podcast aussi son nom est Jay Ferruggia, Renegade Radio, et Jay est dans la quarantaine, je pense qu’il vient d’avoir 40 ans. Il a dit quelque chose à propos de la “dose efficace minimale” avec laquelle je me suis vraiment identifié, qui est vraiment le minimum que vous devez faire pour obtenir les résultats souhaités. Et pourquoi feriez-vous plus?

Nous voyons beaucoup de surentraînement, beaucoup d’extrémisme en ce moment, beaucoup de ce que vous avez mentionné plus tôt, ces séances d’entraînement qui sont conçues pour vous enfoncer dans le sol plutôt que de vous édifier. Et je pense que cela effraie beaucoup de gens, je pense que cela intimide beaucoup de gens et je pense que si c’est le cas, peut-être que vous cherchez au mauvais endroit. Peut-être qu’ils ont besoin de regarder et de se tourner vers quelqu’un comme vous, encore une fois, qui est plus acceptant et plus ouvert aux concepts de «fitness, santé et bien-être devrait remplir votre réservoir; il ne devrait pas le vider. ”

Darren: Absolument. Ouais. Je pense que c’est la clé et je pense que l’autre chose est que c’est ce classique, c’est presque comme cette approche des hommes des cavernes axée sur la testostérone, n’est-ce pas? C’est comme si nous devions y aller dur, c’est un peu comme au bon vieux temps où vous êtes dans le grand genre de ce que j’appelle les gymnases à cracher et à sciure de bois et vous êtes là à pomper du fer, pomper du fer parce que vous devriez en fait détruisez-vous, car c’est ce qui va vous rendre meilleur. Eh bien, nous savons maintenant que ce n’est pas le cas.

Greg: Ne vous méprenez pas; J’adore aussi ça. Je pense qu’il y a un temps et un lieu pour aller dur là-dedans et j’y suis allé et j’aime beaucoup ça. Cependant, il doit être équilibré, si j’utilise à nouveau ce mot, avec durabilité et longévité. Vous ne pouvez pas le redline tous les jours et vous attendre à ne pas faire exploser votre moteur.

Darren: Exactement. Oui, cela revient à l’analogie avec la voiture. Absolument. Et cela revient à l’équilibre; vous devez avoir cet équilibre. Vous ne pouvez pas avoir une extrémité du spectre ou l’autre pour obtenir des résultats cohérents, donc, oui, je suis absolument d’accord avec cela. Donc, dans votre entreprise, Greg, vous avez également fondé une marque de gymnases d’aviron en salle, ce qui m’intéresse énormément parce qu’ils deviennent également très populaires ici au Royaume-Uni. Qu’est-ce qui vous a amené à intégrer le sport de l’aviron dans le concept du gymnase? Est-ce grâce à votre propre découverte?

Greg: Oui ça l’était. C’est une drôle de séquence maintenant parce que j’ai découvert l’aviron sur un rameur Concept2 appelé Erg qu’ils utilisent. Je me suis fait connaître grâce à CrossFit, en parlant de séances d’entraînement hardcore. Quand j’ai été fortement impliqué dans CrossFit et que c’était ma méthode d’entraînement pendant un certain temps, j’ai commencé à faire de l’aviron. Et parce que je n’ai jamais vraiment aimé courir et l’impact sur mon corps et que j’ai subi trois chirurgies du genou, je substituerais toujours l’aspect course de ces séances d’entraînement à l’aviron. Et il y avait beaucoup d’entraînements intensifs d’aviron sur la boîte CrossFit que j’allais, mais j’ai commencé à apprécier le rameur. J’ai commencé à voir les avantages de l’entraînement complet du corps de la machine à ramer sans l’impact et la pression sur mon corps que des choses comme la course y mettraient, ou des sauts en boîte, ou tout autre type d’impact qui dérangerait mes genoux, dérangerait mes hanches .

Et encore une fois, ce n’était tout simplement pas mon mode d’entraînement. Je n’ai jamais atteint le sommet de ce coureur. Même lorsque j’avais fait des triathlons et que je m’étais entraîné pour une partie de cela, la partie course était le fléau de mon existence là-dedans. J’ai donc apprécié le rameur, j’avais une sorte de relation d’amour et de haine avec laquelle vous ne pouviez jamais le battre et cela fonctionnait tout votre corps. Et j’ai eu cette idée que, en vieillissant un peu, cela n’avait pas d’impact… encore une fois, la durabilité et la longévité. Autant de choses autour desquelles je pourrais construire un concept de fitness et faire de l’aviron la pièce maîtresse. Et après avoir vu le succès du spinning, je pensais que l’aviron pouvait devenir une sorte de nouveau spinning et que nous pouvions faire quelque chose de différent. Et c’est ainsi que ROW Studios est né à Houston.

Comme la plupart des petites entreprises, nous avons réuni quelques gars pour financer cela et avons essayé de passer de l’idée à l’exécution et nous l’avons fait. Nous sommes ouverts depuis six ans maintenant. En fait, j’ai vendu ma participation dans le studio en janvier dernier à cinq ans. Ma femme y va tous les jours, je passe toujours de temps en temps. Et oui, il y a eu, je pense, une énorme augmentation de la popularité de l’aviron aux États-Unis et dans le monde maintenant, où nous voyons d’autres marques et d’autres concepts utilisant l’aviron comme fondement de leur entraînement. Et je pense que c’est génial; Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde.

Darren: Ouais, je suis définitivement d’accord et je peux me rapporter à l’élément course du sport et du triathlon et tout le reste parce que c’est une activité si dure sur le corps. Et en particulier pour les gars comme nous qui sont dans la quarantaine, il est sujet à de nombreuses blessures. Je pense que le concept de l’aviron est le moyen d’obtenir cet effet de haute intensité, mais sans absolument pilonner vos articulations, alors, oui, je pense que c’est un excellent concept et je suis d’accord avec vous. Je pense que cela peut être le nouveau spinning et c’est juste une autre façon de garder la variété dans vos entraînements. Parce que je pense que c’est aussi extrêmement important d’avoir cette variété.

Greg: Absolument. Encore une fois, je pense qu’il y a de la place pour tout le monde là-bas. Si vous exécutez un bon concept, je pense qu’il y a une place pour vous. Je pense que la beauté de la santé, du bien-être et de la forme physique réside dans le fait qu’il existe diverses façons pour les gens de se mettre en forme et de trouver ce qui les rend heureux et ce qu’ils ont du plaisir à faire. Je pense que vous voulez certainement vous assurer qu’il y a de la substance dans le style, car nous voyons beaucoup de studios de remise en forme dans différents concepts. Je pense que tant qu’ils ont la substance pour correspondre au style, quel que soit l’environnement dans lequel vous voulez vous entraîner, vous devriez. Parce que si ce n’est pas amusant, vous n’allez pas continuer, vraiment, ou vous ne voyez pas les résultats que vous voulez; il devient plus difficile de le maintenir.

Donc, même si les bases… Je pense toujours que les bases fonctionnent mieux. Ce qui a fait ses preuves, les choses pour lesquelles vous n’avez vraiment pas besoin de dépenser de l’argent. Vous savez, vous pouvez marcher, vous pouvez faire des tractions, vous pouvez faire des tractions, vous pouvez faire des redressements assis. Les mouvements de poids corporel sont fantastiques: il y a tellement de programmes que vous pouvez trouver en ligne de nos jours que vous pouvez faire avec vos amis ou trouver juste un excellent entraîneur pour programmer pour vous et avoir une certaine responsabilité là-dedans. Mais c’est un si grand espace ouvert que tout type d’activité que les gens entreprennent les empêche d’être sédentaires… Je suis partisan de tout ce qui fait bouger les gens.

Darren: Ouais absolument. Je suis d’accord et c’est quelque chose dont je continue de parler sur mes réseaux sociaux et des trucs comme ça. Et c’est tout ce concept de «devrait». Je devrais aller au gymnase parce que je veux me mettre en forme. Non, ne va pas au gymnase. Si vous n’aimez pas ça, n’allez pas au gymnase parce que quand il pleut dehors ou qu’il fait froid et le reste, vous n’allez pas au gymnase. Trouvez quelque chose qui vous excite vraiment et que vous aimez vraiment faire, sinon, à quoi bon vous punir?

Greg: Absolument. Et un autre point que je ferai sur ce point est qu’il est correct de changer et il est correct de mélanger. Je passe aussi par des cycles de choses qui m’intéressent ou que je veux essayer parce que par nature, je suis curieux comme vous. Je veux dire, c’est pourquoi je fais aussi un podcast. Je suis curieux de nature, je veux entendre les histoires des gens, je veux raconter leurs histoires, je veux savoir dans quoi ils sont, ce qui fonctionne pour eux, comment ils font les choses, puis l’essayer. Et certaines d’entre elles fonctionnent pour moi, d’autres non. Parfois, c’est une combinaison de choses que j’ai apprises de plusieurs personnes ou de plusieurs endroits où je suis allé, mais vous continuez à glaner des connaissances de chacune de vos expériences.

Et je vais aussi passer par ces phases, où je ne lèverai aucun poids pendant un certain temps. J’en ai juste marre et maintenant je veux boxer ou je serai dans la piscine un peu plus souvent ou mentalement je suis juste vidé du travail et de la famille et du stress et de tout, et je veux juste faire du yoga pour un peu de temps et comme méditer, et ça va. C’est bien aussi. Encore une fois, vous n’avez pas à fixer. Non.

Darren: Non, je suis d’accord. Nous en avons parlé un peu au début de l’émission. Vous avez une méthodologie de type «vie professionnelle». Pour les auditeurs, pouvez-vous partager ce que c’est et aussi regarder de l’extérieur, pour moi, il semble vraiment que vous avez réussi à accomplir cela, mais j’imagine ce n’est pas quelque chose qui s’est passé du jour au lendemain. C’est un effort conscient que vous avez fait.

Greg: J’apprécie ça. Vous savez, la première chose que je veux dire à tout le monde est de l’extérieur qui regarde la vie de quelqu’un d’autre, ça a toujours l’air mieux. Il semble meilleur, il semble plus facile, et la comparaison est quelque chose de facile à faire, en particulier avec les médias sociaux ou entendre des gens parler et diffuser du contenu par rapport à le recevoir, etc. Mais ce n’est pas facile, ce n’est pas parfait, c’est un travail constant en cours, une évolution, et le premier mot que vous avez utilisé lorsque nous avons commencé, “voyage”.

Et oui, il m’a fallu beaucoup de temps pour être plus à l’aise avec cela et réaliser un certain succès et un certain réconfort dans les décisions que j’ai prises et dans la vie que j’essaie de vivre, mais j’y travaille toujours . J’ai retourné des clients à cause de cela, ma qualité de vie est importante. Je sais que je sacrifie un gain financier en vivant comme je suis, ce qui signifie que je vais faire de l’exercice tous les jours. J’ai coaché ​​toutes les équipes de mes enfants pendant des années, je ne vois plus vraiment de clients le soir pour les dîners ou les boissons. Je rencontrerai n’importe qui à tout moment pour une séance d’entraînement ou un petit déjeuner, vous savez, juste en train de créer consciemment ce style de vie. Il n’a pas non plus été bien reçu par tout le monde. Vous devez prendre le bon et le mauvais.

Les gens peuvent devenir irrités, ils peuvent vouloir travailler avec quelqu’un d’autre, ils vivent leur vie à leur façon, mais je crois qu’il y en a assez pour nous tous. Il y a autant de gens sinon plus, qui peuvent vouloir travailler avec moi, qui peuvent vouloir faire de l’exercice avec moi, qui peuvent comprendre pourquoi je suis ici ou là ou faire quelque chose. Et pourtant je peux encore être très, très productif dans ma vie professionnelle. Et l’efficience et l’efficacité, encore une fois, je pense que c’est là. Si vous maximisez votre temps et votre productivité, cela ouvre de nombreuses opportunités.

Darren: Oui cela le fait. Et je pense que pour prendre cette décision consciente que vous allez vivre votre vie à votre façon et ne pas sauter par les demandes ou les airs de quelqu’un d’autre et tout le reste, et avoir suffisamment confiance en vous et être à l’aise avec vos propres valeurs, que c’est comme ça que tu vas vivre. Certaines personnes pourraient voir cela comme assez arrogant, mais ce n’est pas le cas. C’est vous qui avez décidé dans votre vie que c’est ainsi que vous allez vivre votre vie. Comme vous l’avez dit, il y aura des gens qui résonneront avec ça, il y aura des gens qui seront attirés vers vous pour cela, mais il y aura également des gens qui hésiteront et décideront de faire des affaires avec quelqu’un d’autre. Et je pense que prendre cette décision est vraiment, vraiment valable.

Greg: Vous savez, vous pouvez prendre cette décision. Encore une fois, contrôlez ce que vous pouvez contrôler. You can’t make anybody else agree with that decision or make any decision that they don’t want to make or any choice that they don’t want to make. I will say this: that as you do a better job of qualifying relationships, qualifying individuals, qualifying opportunities and learning from your mistakes–of which I’ve made many and continue. I just tried to make fewer; I still make them. When you are more equally yoked, when you are aligned in your values, in your habits, in your hobbies, in your lifestyles, it does make things certainly easier. You have less conflict than when, again…

If I wake up at 7 a.m. and I’ve got a client that wakes up at 10, and I want to go to bed at 10 and he wants to work from 10 to midnight every day, it’s not a great fit there, overall. At the same time, you can’t be so rigid, I think, in your principles or in your ‘this is the only way I’m going to do it’ that it also heavily cost you. I do jump. When my clients need me, I jump. When things have to happen, yes, you’ve got to compromise, you’ve got to do it, but overall, you live within a framework that is of your design.

Darren: Yeah, definitely. But I think on that, though, when you mention about when your clients need you, you jump, my view on that is that that works because you guys are aligned, right? If you weren’t aligned, you’d be resistant to that.

Greg: Oui absolument. I do tell myself all the time that if my phone rings and I look down at the number, and I don’t want to answer that call, that’s not the right client for me.

Darren: Yeah, I’d agree to that.

Greg: If somebody’s calling me and, boom, my instinctive reaction is that is somebody I genuinely like, genuinely care for and genuinely want to help, what can I possibly do? I’ll answer that call at any time. I’ll stop anything for that. But these are also individuals that relationships develop that they also understand that, hey, we know Greg’s going to be coaching his kids’ baseball team from 5:00 to 7:00. They get that and a lot of them, they’re doing the same thing, too, or we know that that guy is up at five, six o’clock every morning. You know, I’ve got stuff in my inbox from him or a message from him or a text or I’m meeting him (for breakfast) and he’s just finished a workout. Again, there’s that alignment and it works.

When it’s forced or it’s inauthentic and it’s not aligned, I think that’s where you have a lot of problems. And those problems are not just professional, regardless of the revenue–you might be able to generate revenue from it and sustain it for a while–but the problems start to creep into other aspects of your life. Again, you’re not happy, you don’t want to answer the phone, you don’t want to serve, maybe you’re distracted at the workout because you’re thinking of the stress and the anxiety and the angst in this relationship. You know, it creeps into all of these other areas and everything is connected to a degree.

Darren: Yeah, definitely. You mentioned earlier on that you have your own podcast and on your podcast you are interviewing successful experts, entrepreneurs, many of them who are from the health and wellness space. So I’m really curious, what would you say sets them apart–the successful ones from those that don’t achieve the level of success that they aspire to?

Greg: Well, first of all, they’re individuals like you and you just came on, and thank you so much for coming on and sharing your story and your journey. They’re individuals like you, so thank you for putting out the content that you do and sharing the story and your continued stories that you have. That’s what helps us.

What separates? I wish I would have asked you this question also. But what separates them? I think if I could kind of generalise it a little bit, it’s consistency, it’s discipline, I think there’s a lot of humility. There isn’t anybody I’ve had on that isn’t open and honest and willing to talk about the mistakes or the setbacks that they’ve experienced. But that perseverance and grit of continuing to move forward, and it’s remarkable to me how significantly people can change their lives for the better when they make that decision and stick with it.

While they’re all extraordinary individuals, at the same time, I don’t know if any of them would describe themselves as extraordinary, but rather regular, normal people who have just made a commitment to do the work, you know. To push through the setbacks and the challenges and the failures, that have an idea or a concept or a lifestyle that they wanted to change or a product that they wanted to put out into the marketplace and they just stuck it out. To the general public, in a lot of ways there are all these overnight successes, but there’s no real overnight success. It’s a 10-year overnight success, a 20-year overnight success, a lifetime overnight success. You’re just only hearing about the good sh*t, you’re only hearing about it a lot of times when they’re at the top of their game.

Darren: I think it comes back to what you said earlier around my previous question to you about the perception of you got the life mastered and your comments were, “Don’t look at social media. Don’t look at the highlight reel. We all go through trials and tribulations.” And for me, I think successful people and whatever you want to define success as, it’s these entrepreneurs, business owners or experts or whatever you want to term them as. They’ve got a kind of a mission or desire that’s bigger than themselves and they’re not connected, necessarily, to the outcome. They’re just connected to doing the best that they can for as long as it takes.

And it kind of comes back to this whole success iceberg, doesn’t it? Where you only ever see the contents of an iceberg from outside of it, from the top. You don’t get to see all the stuff that goes on underneath.

Greg: It’s 100% true. You know, there’s that photo similar to the iceberg analogy, I think it’s a duck. There’s a picture of the duck and the duck looks so smooth on the water and underneath, he’s paddling away like crazy in there. And I think it’s the ideal analogy. To break down the barriers or the misperceptions that when you’re successful, it may appear that you’re coasting or gliding along the water and it’s smooth, but underneath you are still paddling away.

I mean, we wake up to problems every day; we’re struggling every day. I get told ‘no’ every day by multiple people. I get rejected every single day in there. There’s a plan I have for my day that gets derailed every single day by something. And it’s just a question of how, a matter of how you deal with it and how you work through it. Look, I don’t take rejection well, especially right now what I go after; everything I’m going after is something I really want. I want you as a client, I want to train in your place, I want to become friendly with you, or whatever it may be. It’s something I really want. When I get rejected or they don’t want me back, it’s hard.

Darren: Yeah, absolutely.

Greg: It is much easier to focus on what’s going wrong sometimes than it is of what’s going right so I try to spend a lot of time stepping back and trying to be grateful and appreciating what it is I do have, not all of these other opportunities and things that I want that I’m just not getting right now.

Darren: Yeah, I think that’s an important distinction. The other thing that I wanted to mention as well is that I draw a lot of parallels from entrepreneurship business to sports. And what I mean by that is when you see these kinds of successful people in sports, marathon runners, world champions, all the rest of it, again, it comes back to the iceberg. You only get to see them crossing the finish line and picking up the accolades. What you don’t get to see is the hours and hours and grinds and setbacks that they have in training. To bring this back around to fitness and nutrition, it’s no different for the average guy, the average dad. He has challenges with the kids, he has challenges with relationships, has challenges with the jobs but it’s a case of just keeping on going, isn’t it? It’s a case of just learning to deal with it–being okay with being uncomfortable.

Greg: Mm-hmm. 100% I love the training more than the game itself. I really enjoy that aspect of it. And as it pertains to the training, I’ve also had these theories about… I think exercise should be fun, I think fitness and the opportunity to train and to be healthy and play and do–I think that’s such a privilege. I never understood, like even in youth sports and as a coach and with my kids coming, I never understood why if people misbehaved… You know, if kids misbehaved, they would force them to run.

I never understood some of this stuff. I always felt like, okay, if you misbehave or you don’t want to be part of the training or the team, the punishment should be you have to sit. The running is the good part, that’s the training, that’s what’s making you healthier, that’s what’s going to help you win the game. Why do I want reward…? I don’t want negative connotations to be associated with positive activity, if that makes sense. Even when I’m watching, like I really love watching all these shows now where they go behind the scenes of sports teams. Where they go into the training camps and they follow them for the season on the road or the race teams. I love looking at what goes into that because you win the game based on all the preparation, by everything else you do. The game is like secondary. It’s everything else you’re doing.

Darren: Yeah, absolutely. And when you listen to a lot of these professional athletes, that’s what they say. At the time when it’s the event or the particular race that they have come up to, they’ve done that 100 times in training if they’ve trained properly. And so it’s just the execution at the end of the day.

Greg: Totally. Look, the game is fun, competition is amazing, I certainly don’t like to lose, but I’ve always maintained the attitude and even with my kids and everything out there, that if you’ve prepared and you’ve trained hard and you do your best out there, competition is a great thing. I do not really mind losing to a formidable or better opponent out there. I mind very much not doing the work to prepare ahead of time and not being able to perform and do your best out there on the field. If you do that, whether you win or lose, I think by score, you’ve actually won. I’d like to go up against better competition all the time.

Darren: Yeah. I don’t know if you’ve ever heard of this phrase, “Don’t wish for less problems. Just wish for better skills,” right?

Greg: Absolument. Yeah, we could do an hour of clichés if we want.

Darren: So to sum up then, Greg, what five key actions would you say the listeners could take away today to help them bring some of the learnings from your life into their lives to ensure that they can get some success in work and life?

Greg: Great question. Okay, five. Let’s see if I can count and come up with a good five, catching me on the spot. I think the number one is not just to look to any one individual. Don’t just look to me or to my life; go out and ask questions. Find multiple individuals, businesses, whatever it may be, with contrasting viewpoints also. I think number one is do your homework, do your research, find a number of individuals or people that you can look to that see things differently in a way, and try to extrapolate from there what you believe in and what really works for you. Because I don’t think there’s any one thing from any one person, that you can live somebody else’s life exactly for yourself. I think that’s number one.

Number two is I wouldn’t look at the destination, as you mentioned. I would look at the actual daily steps you can take to become better than yesterday. I’m working with a clothing company right now called Ten Thousand Gear and their motto is just that: Better Than Yesterday. If you’re not exercising at this point, well, I think it’s unrealistic to think that you’re going to all of a sudden spend two hours in the gym every day. Get up and take a walk, you know. Start with one. Start with one little step and then make it two and three. If you’re drinking, you don’t have to go to zero. If you’re drinking three drinks a day, make it two then make it one. Take it in baby steps would be number two.

Three, get help. By help, it could be whatever you need. Friends, family, get a training partner, a colleague from work. You need somebody to help hold you accountable. This is not easy. Especially if you’re changing your lifestyle and you’re trying to take yourself out of environments and routines that have been ingrained for a long period of time, it can get lonely. So get some help there where you can, and if you don’t have that support structure, go find somebody that is a professional that you can hire out there. They’re available to you also. I think that’s three.

Four, I would focus on experiences over things. I would absolutely focus on experiences over things. I have things. I’ve had a lot of things. As I’ve divested myself of things, I’ve become a lot happier. As I’ve stopped buying things for gratification purposes or instant gratification purposes, I’ve found myself much happier. And because of that, I’ve also had the means to throw towards more experiences. So that’s another one there.

I think the last one, this may bring us to five, it’s a little touch on the health aspect of it. When you feel better physically, everything else becomes better. The food tastes better, your relationships become better, your career becomes better, your energy level is higher. I cannot stress that aspect enough. You have time in your day, whatever you are doing. If you focus on just getting a little bit healthier, I am a big believer that everything else in your world will improve.

Darren: Yeah, definitely. I think that’s a fantastic point to finish on. I think it is so true and obviously you can speak from experience, I can speak from experience. But I think the key aspect of that is that it’s not overnight. Just like success is not overnight, change is not overnight. Just do little things daily, consistently, and you will yield results.

Greg: Totally. Nothing that I’m saying, I think, is particularly original in there. There are a lot of people out there that are saying these things. I think there’s a tremendous amount of great content out there, too. And as you ask these questions, I think about people in my life and in my world that I learned from, that I admire, that I try to apply what they’re doing into my life. My buddy Justin at a calisthenics gym in Houston at Mekanix, it’s ‘One Percent Better Every Day’ in there. That’s not much different than saying Better Than Yesterday, if at all. There’s a lot of great messaging out there but you have to live the message.

It’s like, hey, there’s putting in the work. What does putting in the work really mean? It’s different for everybody, too. I can tell you one thing: It’s very easy to post ‘put in the work.’ It’s very easy to post, ‘Better Than Yesterday.’ You could be paralysed by all the motivational sh*t that’s out there every day. The question becomes, okay, what actions are you actually taking? Are you producing or consuming? That I wrote about a few weeks ago. Are you moving the needle forward if you were just consuming versus if you spent the time actually producing and making progress for yourself?

Darren: Yeah, I completely agree with that. So Greg, it’s been amazing to talk to you today. I really appreciate your time, I love your enthusiasm, I love your passion. Before we wrap up, though, Greg, is there anything that you feel that I didn’t ask you that you think I should have asked you that would benefit listeners?

Greg: This is my favourite question because it’s so hard and you do this a lot. And again, I thank you for having me. On my podcast, I try not to talk much at all. When somebody starts asking me these questions and I get a chance to kind of throw up all over everybody out there, you almost don’t even remember what you said 56 minutes ago because it just keeps coming out. But if there’s a question you didn’t ask that you wanted to be asked? One of the things I really… I really like talking about family and the relationship dynamic at home. At 40 now, this comes up a lot.

If I was going to be asked anything that I want to talk about more, it would be more on the aspects of family and marriage because the majority of us or a lot of us now–again, at my age, at 47–we have been engaged in a relationship for a very long time. And it’s how do you keep it fresh? How do you continue to date your wife? How do you keep passion there? How do you manage the realities of life when you’ve been with somebody for such a long time? And there’s a theory or there’s a school of thought: how much are people willing to work through together? Or how much are they willing to say, again, ‘life is short and time is precious and I’m moving on?’ That, to me, is a fascinating subject.

And statistically, I don’t want to end on a low or anything, but statistically, look, most relationships do not make it. The divorce rate is high. At this stage of my life, I’m seeing a lot of my contemporaries dealing with that issue. So that’s something I’m spending some more time trying to learn about and talk about and evaluate in my own home.

Darren: Yeah. And I’m no expert on this but I think some of my theories around that is that a lot of it is down to communication and a lot of it is also down to making sure that you plan stuff with your spouse. We all talk about planning business, planning health and fitness and all the rest of it–planning our lives. But how many of us actually sit down with our spouses and say, well, we’re going to plan to do this, you and I. We’re going to start learning about this or we’re going to do stuff together. But how many of us actually do that? And I’ll hold my hands up. I’ve not done that in the past.

Greg: Yeah, you know, this raises a very good point which is: any of the changes or anything we’re talking about people doing in their lives, myself included, it would be almost impossible… I don’t want to say impossible–almost impossible to achieve what you want to achieve without the support of your significant other, and/ or family or anybody in your world. Because then it becomes an obstacle; they have to be on board. And I experienced this for a while.

I didn’t always have one, but I have a coach that I pay and I was having these conversations with my coach, getting advice, trying to make changes and then having some trouble implementing those changes. The reason I was having as much trouble as I was having implementing the changes is I was having these conversations with my coach and my coach only. I wasn’t having the conversations with other people I really needed to have them with: my wife, my kids, my friends, my clients. It’s like I had the plan and I had a sympathetic ear and I had good advice, but my execution and implementation was all wrong because I wasn’t getting buy in from anybody but me.

Darren: Yeah. It’s crazy, isn’t it? How simple stuff can be once you start to reflect and understand it?

Greg: Oui. And it’s hard to ask. It’s hard to admit vulnerability, it’s hard to admit maybe you’re doing something wrong and therefore you have to change or things are not as right as you want them to be. And it’s hard to have those conversations, but they’re absolutely necessary. You mentioned this before: you’ve got to get comfortable being uncomfortable and those hard conversations are the ones that you have to have if you really want to make progress.

Darren: Yeah, brilliant. I think that’s a fantastic note to end on, Greg. And I think listeners would do well to listen to that again and reflect on that again, because I think that’s hugely valuable. Greg, how can people connect with you? Where can they find you? What’s your podcast called? All that kind of good stuff.

Greg: Thank you, Darren. You’re awesome. This was a lot of fun and you do a tremendous, tremendous job. The questions were great, hopefully I answered them to your and your listeners’ satisfaction or you can edit this down to exactly what you want. But to find me, the easiest place is just go to GregScheinman.com. That’s got my blog, links to the podcast, and even a link back to my business and stuff. So everything’s there, or I’m on Instagram a lot @GregScheinman and LinkedIn as well. Our demographic seems to be more LinkedIn, in that kind of area, so that’s been a good spot as well.

Darren: Awesome. All right, Greg, it’s been amazing talking to you. Thanks for having me on your podcast as well and I look forward to speaking to you again soon.

Greg: Darren, stay safe, stay healthy and congrats on everything, and good luck in all your upcoming events.

Darren: Thanks, Greg.

Greg: Take care.

Darren: Thanks for listening to the Fitter Healthier Dad podcast. If you enjoyed today’s episode, please hit subscribe, and I would really appreciate it if you could leave a review on iTunes. All the links mentioned in the episode will be in the show notes and a full transcription is over at FitterHealthierDad.com.



Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le site
www.fitterhealthierdad.com