5 façons dont le mode de survie affecte nos relations


On peut choisir de revenir vers la sécurité ou d’avancer vers la croissance. La croissance doit être choisie encore et encore ; la peur doit être surmontée encore et encore. – Abraham Maslow

Permettez-moi de commencer par dire ceci : nous ne pouvons pas s’échapper mode de survie. Nous ne pouvons pas l’ignorer. Nous ne pouvons pas continuer à nier qu’il est là parce qu’il va suinter dans tous les domaines de notre vie. Nous ne pouvons pas le rationaliser comme une mauvaise journée ou une mauvaise relation. Nous ne pouvons pas l’épingler sur notre ex. OK, peut-être que nous pouvons, mais cela n’aidera pas notre cause. Et, nous ne pouvons pas continuer à nous accrocher à des distractions pour éviter l’implosion inévitable.

Pourtant, nous avons tous été là. Nous avons tous réussi à le balayer sous le tapis à un moment ou à un autre. Pour certains d’entre nous, cela fait plus de fois maintenant et moins de fois plus tard.

Nous avons tous ajouté plus de conneries à notre liste de choses à faire pour nous garder engourdis. Nous avons tous nié. Rationalisé. J’ai utilisé l’humour comme s’il n’était plus à la mode. Sauté dans le train de la « positivité toxique ». Projeté. Des excuses faites. Et bien que ces pansements fonctionnent sur le moment, inévitablement, ces pansements devront être remplacés.

La raison pour laquelle le mode de survie existe en premier lieu est qu’il a renforcé ce qui est déjà enraciné. C’était enseigné comme d’habitude. Fonctionnel. Adaptatif. Il a été enseigné comme la façon dont le monde fonctionne soi-disant. Et comment les relations supposées fonctionnent. Il a été enseigné comme chaque homme (ou femme) pour soi. Il a été enseigné comme occasion.

Ce qui n’était pas enseigné dans ces leçons, c’était le pourquoi et le comment…

Pourquoi ça a commencé. Pourquoi c’est l’enfer sur terre de s’en éloigner. Comment cela vous affecte vous et ceux dans votre vie. Comment ce sera Continuez affectant votre croissance et votre bonheur. Comment pour arrêter le cycle.

Et, surtout…comment Ce n’est pas de ta faute.

Notre cerveau est câblé pour survivre, donc quand il est enseigné tôt et enseigné de manière cohérente, cela renforce ce qui est déjà une seconde nature. Tout comme un disque qui se répète, les messages négatifs qui sont enseignés tôt peuvent suivre une boucle similaire dans notre cerveau. Ces mêmes messages qui sont enracinés dans notre esprit inconscient, « entraînent » notre esprit conscient à réagir en conséquence. C’est ainsi que le modèle commence.

… Pourtant, il y a une autre moitié du cycle qui a souvent été négligée dans le cadre du mode de survie : notre comportement.

La façon la plus simple de briser le cycle du mode survie est la suivante.

Disons qu’un enfant se fait dire par son frère aîné qu’il ne faut pas faire confiance aux femmes. Si cet enfant grandissait en regardant à quel point les relations de son frère étaient volatiles, ou comment sa mère se précipitait d’une relation à une autre, ces comportements ne feraient qu’ajouter de la validité à ce que son frère lui enseignait. Avec le temps, la graine de ce message négatif a été fermement plantée.

Narration toxique → Comportement → Mode Survie

Narrative toxique = « On ne peut pas faire confiance aux femmes. »

Comportement = sur ses gardes ; méfiant; rejette les relations ; chasse les autres.

Mode de survie = le besoin fondamental confiance est endommagée ou détruite.

Dans un autre exemple, disons qu’une fille se fait dire par sa mère qu’elle est laide et qu’elle ne sera jamais aimée. Avec le temps, si ce message reste gravé dans l’esprit de cette fille, il continuera à répéter un récit préjudiciable qui affecte non seulement son estime de soi, son comportement marchera en ligne.

Narrative toxique = “Tu es moche et tu ne seras jamais aimé.”

Comportement = auto-sabotage ; s’implique avec des partenaires émotionnellement indisponibles, abusifs et narcissiques qui renforcent le récit toxique.

Mode de survie = le besoins de base de sécurité, appartenance et estime sont endommagés ou détruits.

***

Comprendre le mode de survie et les besoins de base

La hiérarchie des besoins d’Abraham Maslow est basée sur ce que tous les humains besoin pour survie. Plus nous parvenons à monter dans la hiérarchie, plus nous arrivons à une guérison complète, émotionnellement saine et prospère.

Pourtant, il y a un hic. Pour monter en grade dans la hiérarchie, des besoins moindres doivent être satisfaits, et maîtrisé. Non, une fois n’est pas considérée comme « maîtrisée ». Non, un mois ne suffit pas pour la maîtrise. Et non, un an ne suffira pas non plus.

La maîtrise est basée sur notre capacité continue à reconnaître que nos besoins font défaut, qu’ils changent ou qu’ils ont besoin d’attention. Il nous faut alors prendre le temps nécessaire pour (re)construire nos besoins et apprendre à nous les donner.

OK, ça a l’air facile, non ?

Nan.

En fait, ce qui nous empêche de reconnaître que nos besoins fondamentaux peuvent faire défaut, c’est le mode de survie. Il devient un Catch-22; vous ne pouvez pas progresser dans la croissance émotionnelle ou vers l’épanouissement tant que vous n’avez pas satisfait et maîtrisé tous vos moindres besoins avec cohérence.

Pourtant, vous ne pouvez pas répondre à vos moindres besoins avec cohérence tant que vous n’êtes pas en mode survie.

Vous voyez l’énigme ?

L’abandon du mode survie ne s’accompagne pas d’un ensemble d’instructions. Cela ne vient pas non plus avec une intervention thérapeutique à l’emporte-pièce. Ce qui vient avec, c’est beaucoup d’essais et d’erreurs alors que la conscience de soi dans nos schémas et nos habitudes commence à passer au premier plan.

Cela se produit progressivement, généralement au cours d’années de croissance émotionnelle et personnelle continue, et souvent après que le traumatisme vous a nivelé au plus bas, où vous commencez à vous reconstruire.

Voici 5 façons dont le mode survie peut vous affecter, vous et vos relations, afin que vous puissiez commencer à gravir la montagne et prospérer :

C’est confortable. C’est gentil de dire « complaisant » ! Si nous poursuivons ce qui est confortable ou familier, c’est basé sur complaisance. Si nous ignorons ou rejetons la conscience de soi pour un autre tour sur le manège du déni, nous faisons preuve de complaisance.

Alors que les zones de confort et la familiarité conviennent à des choses comme notre lieu de vacances préféré ou la frénésie de Netflix le week-end avec notre SO, elles sont toxiques pour notre croissance personnelle. Pourtant, l’ironie est que la plupart d’entre nous chasseront ce qui est confortable parce que ce n’est pas un défi pour le mode survie ou notre critique intérieur.

En fait, si nous sommes coincés dans ce qui est toxique pour notre croissance, le mode survie deviendra calmer.

Ce n’est que lorsque nous sortons du mode survie que nous commençons à remettre en question les choses, à nous sentir confus et à nous déclencher émotionnellement, car nous sommes mis au défi de grandir.

Vous avez régressé émotionnellement. Bien que je ne suggère pas que vous agissiez comme un enfant de 3 ans, eh bien…peut être. La régression émotionnelle est un mécanisme de défense – lorsque nous sommes émotionnellement déclenchés par un événement douloureux ou traumatique, il est plus facile sur le moment de l’ignorer, de réagir de manière excessive, de le balayer sous le tapis ou de l’ignorer.

Par exemple, la régression émotionnelle se manifeste généralement de plusieurs manières. Nous pouvons nous tourner vers les jeux, la drogue, l’alcool, la pornographie ou une autre dépendance malsaine pour nous engourdir émotionnellement et nous arrêter. Nous pouvons devenir argumentatifs et avoir le dernier mot. Ou, nous pouvons nous retrouver à répéter les mêmes schémas de comportement que nos soignants utilisaient pour survivre lorsque nous étions enfants.

La voie facile. La voie facile concerne les pansements et les balais. Balayez-le sous le tapis. Appliquez un autre pansement sur la plaie, secouez la douleur et passez notre journée. Est-ce que ça marche? Bien sûr, dans l’instant. Tout peut fonctionner momentanément. Mais, les blessures émotionnelles ont un moyen de développer plus de saleté qui doit être à nouveau balayée, ou où les anciennes blessures se rouvrent et un nouveau pansement est nécessaire pour arrêter le saignement émotionnel. Cela en soi devient un cycle de pansement de nos blessures émotionnelles pour empêcher momentanément de les traiter. Cependant, avec le temps, si les blessures émotionnelles ne sont pas guéri, ils ont tendance à s’infecter…

Vous abandonnez trop tôt. Le changement prend du temps. La croissance exige des efforts constants. La conscience émotionnelle nécessite de savoir qu’il y aura des déclencheurs et des questions. Il y aura des barrages routiers. Détours nécessaires. Et de nouveaux plans imaginés. Ceux qui découvrent la croissance émotionnelle, ou si nous essayons de couper les coins ronds, nous ne nous rendons pas service. Il n’y a pas de raccourcis quand il s’agit de notre développement personnel.

Si le mode survie est tout ce que nous connaissons, c’est plein d’espoir, mais souvent naïf de penser que nous pouvons nous guérir en un mois, un an, voire quelques années en jetant quelques pansements sur le moment. Si le mode survie est tout ce que nous connaissons, il est naïf de penser que nous pouvons changer nos relations ou changer notre travail sans d’abord nous changer nous-mêmes… ou rien ne change.

Vieux récit. Les vieux récits sont les messages toxiques qu’on nous a appris en grandissant dans le cadre du mode survie. Échanger un message contre un plus sain est la moitié de la croissance. L’autre moitié, c’est notre comportement. Non, je ne parle pas de changer vos cheveux, vos vêtements ou votre voiture. Bien sûr, ce sont des moyens superficiels, mais si c’est notre finalité, nous voudrons peut-être réévaluer les choses.

La croissance, lorsqu’il s’agit de comportement, signifie changer notre façon de voir nous-mêmes, à l’envers. Cela signifie retourner le script sur ces anciens récits et adapter des comportements plus sains alignés sur un nouveau récit. Si on nous apprenait à ne faire confiance à personne, alors changer de coiffure ou acheter une nouvelle voiture ne nous fera pas davantage confiance en personne, ni ne les rendra plus fiable.

Cependant, changer notre état d’esprit et notre comportement sur la façon dont nous percevons et interprétons une personne digne de confiance et digne d’intérêt est un début.

***

La lumière au bout du tunnel

Pour repérer la lumière au bout du tunnel, la citation de Maslow explique avec éloquence ce qu’il faut faire :

…”On peut choisir de revenir vers sécurité ou avancer vers la croissance. La croissance doit être choisie encore et encore ; la peur doit être surmontée encore et encore.

Je crois que ce que Maslow veut dire par cette citation puissante, c’est que ce qui est « sûr » est ce qui a été enseigné. Il est basé sur le mode survie. Si tout ce que nous avons connu est le mode de survie, alors le mode de survie sera ce qui est familier, confortable et nous endormira dans un faux sentiment de « sécurité ».

Pourtant, si la croissance est l’objectif, surmonter la peur du changement et sortir du mode de survie doit être à nouveau choisi… et de nouveau.

***

Les références

Maslow, AH (1954). Motivation et personnalité. New York : Harper.

Maslow, A. (1943). Une théorie de la motivation humaine. Revue psychologique, 50, 370-396.

Ce poste était précédemment publié sur Medium.

***

Vous pourriez aussi aimer ceux-ci du projet Good Men


Rejoignez The Good Men Project en tant que membre Premium dès aujourd’hui.

Tous les membres Premium peuvent voir The Good Men Project sans publicité.

Un abonnement annuel de 50 $ vous donne un laissez-passer tout accès. Vous pouvez faire partie de chaque appel, groupe, classe et communauté.
Une adhésion annuelle de 25 $ vous donne accès à une classe, à un groupe d’intérêt social et à nos communautés en ligne.
Un abonnement annuel de 12 $ vous donne accès à nos appels du vendredi avec l’éditeur, notre communauté en ligne.

Enregistrer un nouveau compte

Besoin de plus d’informations ? Une liste complète des avantages est ici.

Crédit photo: Florian van Duyn au Unsplash





Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le bloggoodmenproject.com