“Beggin'” de Måneskin domine le classement mondial de Spotify


À partir de “Sherry” de 1962, leur premier numéro 1, Gaudio a écrit une remarquable série de succès pour les Quatre Saisons, généralement avec des paroles du producteur Bob Crewe. La liste comprenait les sommets suivants « Big Girls Don’t Cry », « Walk Like A Man » et «Rag Doll». Mais après “Girl Come Running” en 1965, Gaudio avait passé deux ans sans écrire un single Four Seasons. Lui et Crewe s’étaient concentrés sur l’écriture des morceaux en solo de Valli comme « Can’t Take My Eyes Off You » et ont laissé d’autres auteurs-compositeurs fournir du matériel au groupe. Les chansons qu’ils avaient écrites pour le groupe, dans le but de soutenir l’évolution de la pop vers des thèmes plus socialement responsables, étaient des morceaux d’album comme la polémique anti-manifestante « Beggars Parade ».

Lorsque Gaudio s’est finalement recentré sur l’écriture de chansons de Four Seasons pour les Four Seasons, le résultat a été le “Beggin'” au sommet n°16. Pour la première fois depuis des années, il a fait équipe avec un parolier en plus de Crewe, travaillant à la place avec la célèbre Peggy Farina des anges de “My Boyfriend’s Back”. Si “Beggin'” représentait un retour à la zone de confort des chansons d’amour des Four Seasons, le morceau n’était pas exactement un retour au vieux son doo-wop du groupe. Son arrangement a fusionné rock rapide et soul psychédélique, sa rafale de piano et de cuivres alimentée par le genre de partie de batterie optimiste et contagieuse qui ne fait que commencer (désolé) à être transformée en un breakbeat par un DJ hip-hop.

Party Supplies a en fait échantillonné le morceau sur la mixtape 2012 d’Action Bronson Frites bleues, mais l’échantillon « Beggin’ » le plus important était plutôt une reprise : la reprise de « Beggin’ » à la Black-Eyed-Peas du groupe de hip-hop norvégien Madcon s’est classée n°1 dans plusieurs pays européens en 2008. L’année précédente que, le remix du DJ français Pilooski de l’original Four Seasons a dominé le palmarès de la danse britannique. “Beggin'” a été couvert un tas de fois au fil des ans, par des artistes tels que Shocking Blue, Timebox et les rockers de garage israéliens Monophonics, qui valent toujours le détour chaque fois qu’ils jouent dans votre bar de plongée local. Mais personne depuis Madcon n’a pris feu avec la chanson comme Måneskin.

Les lycéens romains Damiano David, Victoria De Angelis et Thomas Raggi ont formé Måneskin en 2016, nommant leur groupe d’après le mot danois signifiant clair de lune. Peu de temps après avoir recruté le batteur Ethan Torchio pour compléter la formation, ils ont remporté une bataille locale des groupes, la première de nombreuses victoires de ce type pour le groupe. Après avoir passé un certain temps à jouer dans les rues de Rome, ils ont auditionné pour la version italienne de Facteur X, où la reprise de “Beggin'” est apparue pour la première fois aux côtés de tubes de Franz Ferdinand et des Killers. Le groupe a terminé deuxième sur Facteur X, mais leur passage dans la série en a fait des stars et des hit-makers constants en Italie. Cela a également conduit à un accord avec Sony, qui a publié leur Choisi EP – avec un assortiment de chansons party-rock aux saveurs de piment, dont “Beggin'” – en décembre 2017. Un album, un documentaire et d’autres succès nationaux ont suivi.

La véritable percée pour Måneskin, cependant, a été une paire de victoires lors de grandes compétitions télévisées cette année. Tout d’abord, en mars, ils ont été de rares champions de rock au festival de musique de Sanremo en Italie. Cela les a qualifiés pour représenter l’Italie au célèbre Concours Eurovision de la chanson à Rotterdam, où ils ont également remporté le premier prix. Leur chanson gagnante “Zitti e buoni”, qui se traduit par “Shut Up And Behave”, est un aggro rap-rock funky qui semble avoir pu apparaître à la radio rock américaine en 1999 aux côtés de Loudmouth et Buckcherry. Après la victoire de Måneskin à l’Eurovision en mai, “Zitti e buoni” a affiché le plus grand total de streaming d’une journée jamais enregistré pour un artiste italien sur Spotify. L’Eurovision a également envoyé la musique de Måneskin sur TikTok, où un mème impliquait des utilisateurs passant d’un look broussailleux ou doux à des rock’n’rolls vêtus de cuir glissant à la baisse dans “Zitti e buoni”.

Mais vous ne savez jamais ce qui va se passer dans l’écosystème bizarre de TikTok, et pour des raisons inconnues, le mois dernier, “Beggin'” est venu éclipser “Zitti e buoni”. La viralité de la chanson sur l’application vidéo a à son tour conduit Spotify et les émissions de radio dans le monde entier, envoyant “Beggin'” dans le top 10 dans des pays comme le Royaume-Uni, l’Australie et l’Allemagne (où il a atteint la première place). Le 3 juillet, il a même dépassé “good 4 u” d’Olivia Rodrigo pour devenir la chanson n°1 au monde sur Spotify, une position qu’il n’a pas encore abandonné plus d’une semaine plus tard. Il a même retardé la nouvelle chanson de BTS ce week-end ! Selon Panneau d’affichage, la chanson a même fait quelques tours à la station pop de Philly WTDY, suggérant qu’il y a un potentiel pour Mapneskin de sauter directement sur la radio hard rock et de devenir des sensations Top 40 en Amérique. Pendant ce temps, un autre single, le come-on chargé de cloches à vache “I Wanna Be Your Slave”, est entré et sorti du top 10 mondial de Spotify. Tout arrive M’neskin.

C’est bizarre, non ? Par exemple, ce n’est pas si surprenant qu’un groupe du même acabit de Måneskin se répande en Europe – je ne prétends même pas comprendre les goûts des gens sur le continent – mais je suis un peu choqué par la façon dont “Beggin'” a fait son chemin dans la conscience américaine aussi. Le grognement ostentatoire de David sonne comme une parodie d’un chanteur qui épelle rock rawk. Tout le groupe a l’air d’être déguisé en Orgy for Halloween, et leur musique sonne comme l’impression sans saveur d’un groupe de Sunset Strip des premiers Incubus. Je prie pour que leur émergence soit un incident isolé et nous ne sommes pas sur le point de voir un renouveau de ce genre de hard rock comme une proposition dominante en Amérique. Parce qu’honnêtement, si c’est ce truc qui va se répandre, le rock est mieux mort.





Vous pouvez lire l’article original (en Angais) sur le blogwww.stereogum.com